Les coopératives veulent revisiter leur présence à l'Ania

|

La fédération des coopératives laitière et d'autres fédérations devraient quitter l'Ania pour mieux y revenir via Coop de France Agroalimentaire, dont les statuts doivent être adoptés à l'occasion du Congrès des coopératives agricoles en décembre. Un effet de la montée en puissance des coopératives de transformation. 

Dominique Chargé, président de la FNCL,soutient l'adhésion de Coop Agroalimentaire à l'Ania
Dominique Chargé, président de la FNCL,soutient l'adhésion de Coop Agroalimentaire à l'Ania

Depuis plusieurs années, Coop de France cherchait à donner plus de visibilité et d'activité aux coopératives de transformation en son sein. L'an dernier, était annoncée,dans cette perspective, la création de Coop de France Agroalimentaire, qui va représenter les coopératives fabriquant des produits alimentaires, dont une partie sous des marques très connues, dans le lait, les légumes, la viande, les céréales ou baguettes de pain, etc. Ce sont elles qui sont le plus en contact avec la grande distribution et les consommateurs, quand les coopératives agricoles sont plus orientées sur la vente de matières premières, notamment à l'export. Cette montée en puissance de Coop Agroalimentaire, dont les statuts et la gouvernance seront adoptés lors du prochain Congrès des coopératives agricoles, aura pour effet de modifier la représentation des coopératives au sein de l'Ania

Pas de désaccords...mais des résistances

"La fédération des coopératives laitières quittera certes l'Ania l'an prochain, mais ce n'est pas en raison de désaccords, assure Dominique Chargé, président de la Fédération des coopératives laitières. En revanche, nous soutenons de manière déterminée Coop Agroalimentaire et c'est pourquoi nous souhaitons qu'elle nous représente à l'Ania, même s'il y a quelques résistances à cette évolution. A cette occcasion, d'autres fédérations nous rejoignent. Dans le sucre, Terreos et Cristal Union sont en phase avec cette approche, idem dans la viande avec Terrena, probablement les coopératives meunières. Coop Agro sera l'une des clés d'entrée à l'Ania, mais les coopératives y seront également présentes à travers les fédérations de métiers, comme l'Adepale et d'autres". Celles-ci traitent de dossiers techniques spécifiques à leur métier, indispensables. 

Au départ, la rumeur penchait pour un conflit d'intérêt entre l'Ania et Coop de France, la seconde ayant ouvert, à l'instar de la Feef, un dialogue avec les enseignes de distribution, et la création de groupes de travail sur de nombreux sujets comme la compétivivité ou l'image des coopératives, quand l'Ania est plus circonspecte sur ces initiatives. La montée en puissance de Coop de France est bien réelle sur ces sujets et d'autres, notamment les aspects juridiques des relations commerciales, mais c'est surtout la création de Coop Agro qui semble imposer une nouvelle approche des relations des coopératives avec l'Ania. Et au passage, quelques cotisations pourraient aussi changer de destinataire ou permettre de réaliser des économies, glissent des proches du dossier. 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter