Classements

Les cosmétiques de luxe ne sont pas ceux qui ont le plus de valeur

|

CLASSEMENT Ce qui est rare est cher ? Pas en cosmétique. Etrange, non ? Et pourtant, c’est le cas en finance. Tous les ans, l’organisme Brand Finance classe les marques mondiales de cosmétiques. Les 50 premières pèsent au total plus de 108 milliards de dollars. 108.2, exactement, selon Brand Finance. Elles ont gagné 7.1 milliards de dollars en 12 mois, selon le classement. Mais les premières sont des marques de GMS. 

Une classement signé Brand Finance
Une classement signé Brand Finance

En tête ? Une française. Et grand public : l’Oréal-Paris, valorisée à 10,766 milliards de dollars. La marque phare du groupe L’Oréal présidait déjà ce même classement en 2013, mais avec 2 milliards de moins dans sa besace. Soit une hausse de 24% ! Elle est donc maintenant largement en tête. 

C’est la seule marque de cosmétiques et une des 11 marques (parmi lesquelles Ferrari, Apple Rolex et Hermès) à avoir reçu une note de  AAA+ par l’organisme d’évaluation financière. Un cador, donc, au sein du portefeuille du géant français. Une pépite qui exerce en termes de produits, mais aussi avec e-shop sur internet, et depuis peu, une dizaine de boutiques à travers le monde… Une expansion ultra-complète, donc, pour cette marque à la croisée du grand public et du sélectif. (On la retrouve dans les deux circuits) ;

L'Oréal, poids lourd mondial

Chose étonnante d’ailleurs, parmi les 6 premières marques les plus valorisées financièrement, 5 sont des marques de grand public. Et encore, si l’on ne tient pas compte d’Avon, qui est vendue à domicile, donc presque considérée comme grand public. (Mais pas disponible en GMS).

Au total, le groupe l’Oréal pèse  plus de 25% du total des poids des marques, en en classant neuf parmi les 50. Il totalise 26.752 milliards de dollars de valeur dans son portefeuille. Dont quatre sont grand public. La deuxième du groupe est Garnier, qui, bien qu’après être sortie de la Chine, passe de la 12e à la 6e place. La première marque de Luxe du groupe, Lancôme, se classe 8e et rétrograde de 4 places. Les deux poids lourds du groupe sont donc, du grand public.

Le réveil d'Avon

Brand Finance attire l’attention sur Avon, deuxième du classement, qui avait perdu 35% de sa valeur entre 2012 et 2013, notamment suite à une chute des ventes – notamment en France – et des soupçons de corruption en Chine. Mais selon le cabinet, le PDG du groupe, Sheri McCoy’s, a réussi à économiser 400 millions de dollars cette année. Et la valeur de marque a grimpé de 24%, dépassant les 6 milliards.

Derrière, suivent Pantene, de Procter & Gamble, Nivea de Beiersdorf et Dove, d’Unilever. Toutes trois grand public. Comme quoi, les marques de grand public, en cosmétiques, ne se vendent pas au rabais…

 

Pour réaliser ce classement, Brand Finance s’appuie sur des données de Bloomberg, principalement, des rapports annuels des groupes, ainsi que plusieurs autres sources. Ce classement tient compte des dépenses de marketing et de publicité. Même si certaines marques ne sont pas prises en compte du fait de la confidentialité totale de leurs données. 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Recevez chaque semaine l’actualité des secteurs Droguerie, Parfumerie et Hygiène.

Ne plus voir ce message