Les créations d’entreprises repartent en septembre grâce au commerce et aux livraisons

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Pour la première fois depuis longtemps, les créations d’entreprises sont reparties à la hausse en septembre selon l’Insee, un peu grâce au commerce et mais surtout à un bond de 50 % des entreprises de livraisons. 

Le boom des créations d'entreprises pour livrer les colis : + 50 % sur un an
Le boom des créations d'entreprises pour livrer les colis : + 50 % sur un an

Les créations d’entreprises ont été dynamiques en septembre, avec une hausse de 3,6 %, tous types d’entreprises confondues, qui n’efface pas une baisse des créations de 3 % sur un an en cumul mobile à fin septembre. L’Insee distingue les micro-entrepreneurs des entreprises classiques. Le recul sur un an leur est dû, en raison des complexités mis en place par le gouvernement pour le régime de l’auto-entrepreneur, dont le statut est finalement conservé jusqu’en 2019. Ce régime chute de 14,5 % sur un an, contre +3,4 % pour les autres entreprises.

Hausse de 50 % sur un an. 

Mais en septembre, les deux statuts augmentent dans les mêmes proportions. Il y a donc un véritable retournement de tendance. Les créations de commerce augmentent de 2,5 % en septembre par rapport à août, mais c’est surtout les créations d’entreprises de transport qui bondissent de 53,4 % par rapport à août et de 50 % sur un an. Sans doute est-ce le développement du e-commerce et l’explosion des livraisons qui explique l’envolée.

C’est d’autant plus facile  que le chauffeur livreur créant sa micro-entreprise est l’un des rares à ne pas avoir besoin d’un diplôme, mais seulement le courage de le faire, contrairement aux coiffeurs ou aux peintres. Pas besoin non plus d’une formation coûteuse pour apprendre à se servir d’un Tom Tom, comme pour les taxis…Formation qui bénéficie surtout à ceux qui la donnent, chambres consulaires ou autres. D’autres secteurs de l’économie bénéficient aussi du rebond. C’est le cas de la construction (+ 4,6 % sur un mois), des activités financières et d’assurance (+15,4 %), de l’immobilier (+14,7 %), des services aux ménages. En revanche, l’embellie ne touche pas l’industrie (-0,6 %). A noter que les auto-entrepreneurs, même sans réaliser de chiffre d'affaires, vont devoir payer des la cotisation foncière des entreprises à partir de l'an prochain. Le statut reste donc soumis à de rudes aléas... 

 
Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA