Les déconnectés, future cible marketing

|

Black-out ! Le 29 mars, pour la 7e édition, WWF a invité la planète à couper durant une heure lumières et appareils électroniques. Un événement auquel s’est associé cette année, en tout opportunisme, Durex, dans le cadre de sa campagne « Turn off to Turn on », incitant les couples durant cette heure à faire des câlins plutôt que d’envoyer des SMS ou des like.

À l’instar de la marque de préservatifs, de plus en plus de griffes surfent sur cette envie que chacun peut ressentir parfois d’abandonner – provisoirement – nos portables et autres joujoux électroniques. « À l’heure de la surconnexion, le besoin de déconnexion, surtout chez les moins de 34 ans, ne cesse de grandir. C’est un signal faible mais réel, qui exprime la lassitude des internautes et leur inquiétude face à l’“ e-pression ”. C’est en train de devenir un argument marketing en soi », souligne Jérôme Abric, directeur de la stratégie de l’agence Dagobert et auteur d’une étude « Digital Detox ».

Militer pour l’alterconnexion

Et de citer moult exemples. Parmi les plus anciens, celui de Burger King qui, en 2009, demandait aux internautes de sacrifier dix contacts Facebook pour gagner un whooper. Celui plus récent de Coca-Cola qui vient de signer, aux États-Unis, une vidéo mettant en avant une arme anti-Facebook et Twitter, une sorte de collerette qui empêche les clients d’utiliser leur téléphone, afin de mieux retrouver les gens qui les entourent. Certains vont même plus loin encore, comme la bière Norte, qui propose un « photoblocker » pour que « ce qui se passe dans le bar, reste dans le bar », Amstel qui a mis au point des casiers à l’entrée d’un bar en échange d’une bière gratuite, ou encore KitKat qui a installé des zones de non-wi-fi gratuites. « Bref, surtout des opérations de communication qui doivent inviter les mar­ques à militer pour une alterconnexion plutôt que pour une déconnexion, pas très réaliste », souligne Jérôme Abric. Et de proposer quelques conseils : relâcher l’e-pression, en évitant de parler pour ne rien dire, faire preuve de davantage de transparence à l’heure où la collecte et l’exploitation des données personnelles inquiète de plus en plus, ou encore proposer de vraies expériences dans la vraie vie.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2314

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

X

Recevez chaque semaine les actualités du marketing et de la communication online et offline des marques et des distributeurs.

Ne plus voir ce message