Les dessous de la "machine à créer" d'Oxylane: interview de Vincent Ventenat, directeur de l’innovation

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

DossierINTERVIEW Vincent Ventenat, directeur de l’innovation d’Oxylane a répondu aux questions de LSA lors de la présentation à la presse des OIA (Oxylane International Awards), les neuf fameux produits élus pour leur innovation par un jury composé de collaborateurs en interne d’Oxylane et de consommateurs. Ces derniers déboulent dans les quelques 600 magasins Décathlon dans le monde. Depuis dix ans chez Décathlon, Vincent Ventenat est issu de la branche recherche et développement (R&D) du groupe. Après avoir dirigé une marque (Strenfit), il a créé une start-up au sein du groupe spécialisée dans les fibres synthétiques. Depuis novembre 2013, il est aux commandes de l’innovation chez le numéro un français du sport avec 7 milliards d’euros de chiffre d’affaires réalisés en 2012. Il décrypte pour LSA la machine à créer qu’est Oxylane.

Vincent Ventenat dirige l'innovation chez Oxylane depuis novembre 2013.
Vincent Ventenat dirige l'innovation chez Oxylane depuis novembre 2013.© dr

 

LSA : Comment sélectionnez-vous les meilleurs produits qui arrivent en magasins d’ici à quelques semaines ?

Vincent Ventenat : Nous partons toujours du besoin du consommateur. Pour le casque Easybreath, qui permet de faire de la randonnée palmée sans avaler de l’eau et sans buée sur le masque, nos équipes du centre de recherche basé à Hendaye, où nous avons 120 collaborateurs, sont allés sur la plage rencontrer les nageurs et plongeurs ! Ces derniers leur ont dit qu’ils voulaient respirer sous l’eau aussi bien qu’au-dessus. Cela nous a demandés ensuite deux à trois ans de recherche pour arriver à un produit qui coûte moins de 40 euros. Ingénieurs et designers ont travaillé ensemble, conçu d’abord un prototype fonctionnel, puis trouvé la solution technologique jusqu’à l’industrialisation du produit. Nous avions adopté la même démarche pour la tente deux secondes que nous aurions pu vendre 70 euros, mais nous avons réussi à baisser le prix à moins de 40 euros et plusieurs millions de randonneurs en sont satisfaits aujourd’hui.

 

"2800 produits créés chaque année"

 

LSA : Chez Décathlon, 70% des produits sont conçus par vous. Comment procédez-vous ?

V.V : Nous nous appuyons sur 530 ingénieurs et 150 designers. Chaque année, nous créons 2800 produits et en 2012, nous avons déposé 39 brevets. Avec nos vingt marques Décathlon, nous cherchons à créer du lien avec le consommateur et à l’accompagner dans sa pratique sportive, des produits d’équipement aux compléments alimentaires ! Nous avons un centre de recherche sur le corps humain. En dix ans, nous sommes passés d’un métier de distributeur à un métier de concepteur. Nous partons de la matière première, étudions les composants, jusqu’au produit fini et à la vente. Depuis quelques mois, la tendance est au tout connecté : il s’agit de permettre à chaque utilisateur de pouvoir dire : « je fais un sport ».

 

LSA : Vous avez 679 magasins dans le monde. Quelles sont les priorités à moyen terme ?

V.V : Aujourd’hui, les ventes à l’international dépassent celles en France. Nous avons 260 magasins en France, une centaine en Espagne et les autres magasins sont situés dans 30 pays. A court terme, nous voulons renforcer nos positions en Chine, en Russie, en Inde et au Brésil.

Propos recueillis par M.P

 

Retrouvez demain dans le magazine LSA la stratégie produits 2014 d'Oxylane.  

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA