Les dirigeants de Carrefour ont su rassurer les actionnaires lors de l’Assemblée générale

|
Lars Olofsson, directeur général du groupe Carrefour
Lars Olofsson, directeur général du groupe Carrefour

A part une coupure de courant qui a interrompu un bon quart d’heure le discours de Lars Olofsson, directeur général de Carrefour, rien n’est venu troubler l’Assemblée générale des actionnaires de Carrefour. La CFDT était annoncée mais elle n’a pas du passer les contrôles de sécurité. Amaury de Sèze, président du Conseil d’administration du groupe, s’est dit confiant dans le plan à trois ans entrepris par Lars Olofsson : « Une nouvelle stratégie avec une équipe dirigeante neuve pour engager une transformation des organisations. Celle-ci aura pour but de diminuer les coûts et d’améliorer l’efficacité et la rentabilité ». Lars Olofsson a notamment rappelé que les ventes de produits à marque Carrefour sont en hausse de 9% et que la convergence donnait de bons résultats : + 30% pour les 150 magasins Carrefour City et Carrefour Contact et +30% aussi pour les magasins ED transformés en Dia, soit 49 unités à ce jour en France. Le groupe a réaffirmé son ambition dans les pays émergents avec un programme d’ouverture ambitieux : 12 Atacadao au Brésil, 22 hypermarchés en Chine et 13 magasins en Indonésie…. Et n’a pas caché qu’il pourrait se séparer de marchés sur lesquels Carrefour n’est pas leader si une opportunité de vente se présente. Concernant Carrefour Property, Lars Olofsson n’écarte pas l’hypothèse de coter l’entreprise en Bourse. Il est revenu sur la rumeur d’une ouverture imminente en Inde : « C’est un des grandes pays de consommation de demain. Nous ouvrirons un cash and carry avant l’été car nous pouvons le faire en propre. Pour les hypermarchés, il faut nous adosser à un acteur local car ce marché est protégé. Nous sommes en discussion avec plusieurs groupes ». Des discussions qui devraient aboutir dans quelques mois. Parmi les questions de l’assemblée des actionnaires qui compte, comme à chaque assemblée, beaucoup de retraités, une remarque sur les chariots en plastique « peu pratiques ». « Nous étudions cette question des chariots car elle fait partie de notre volonté d’améliorer le confort d’achat. Les chariots métalliques sont difficiles à manœuvrer ». Chariot métallique contre chariot en plastique : le débat est lancé.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Recevez tous les quinze jours l’actualité des centres commerciaux et foncières, surfaces commerciales, artères commerçantes et centres-villes.

Ne plus voir ce message