Les distributeurs américains prennent enfin la route du drive

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Confrontés à la concurrence d’Amazon et des ventes en ligne, des géants du commerce physique comme Walmart et Kroger sont en train de déployer le drive à toute vitesse. Une tactique défensive, alors que de nombreux magasins ferment en parallèle.

Drive walmart
Drive walmart© DR

Vu le nombre d’ouvertures de drive, Donald Trump ou Hillary Clinton effectueront bientôt leurs courses sans quitter leur voiture. Habitués à faire leurs achats à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit dans les magasins ou d’immenses malls (centres commerciaux), les Américains sont en train de découvrir cette nouveauté venue du Vieux Continent, qui vient bousculer leurs habitudes. Le drive n’a jusqu’ici jamais percé outre-Atlantique, mais les distributeurs semblent appuyer aujourd’hui sur la touche « avance rapide ».

« Yes we drive ! »

Depuis un test mené fin 2014 à Bentonville, dans l’Arkansas, ­Walmart est passé à la vitesse supérieure avec 200 magasins qui proposent ce service « online grocery » (alimentation en ligne) en tous points identique aux drives français. La commande s’effectue sur ordinateur ou ­tablette, avec une commande à venir retirer sur une zone dédiée du parking magasin. Et il n’est pas un mois sans que le premier distributeur du monde n’annonce l’expansion du drive dans de ­nouveaux États.

L’offre est vaste et comprend des produits frais, secs, liquides, etc. Ce déploiement express, à la mesure du gigantisme du pays, touche aussi la chaîne de magasins Kroger, où il est baptisé Clicklist. Testé lui aussi depuis 2014, il entre dans sa phase d’expansion, avec une centaine de sites. La conversion du pays au drive n’en serait qu’à ses débuts. Car Michael Bender, directeur général de l’e-commerce chez Walmart, expliquait en avril que l’enseigne n’allait pas en rester là. Avec 4 600 magasins aux États-Unis, le potentiel est gigantesque, sachant que 70% de la population est à 5 miles (environ 8 km) ou moins d’un point de vente de l’enseigne. Les premières retombées semblent prometteuses. Ainsi le poids de Walmart « augmente dans les dépenses de nos clients actuels, et il y a en complé­ment l’ajout de nouveaux consommateurs attirés par ce service », assure Michael Bender.

Une réponse timide au commerce en ligne

Mais pourquoi les américains, si longtemps indifférents à ce dispositif, se prennent soudain de passion pour le drive ? La réponse est simple : il représente une réponse à l’envahissant pure player Amazon, omniprésent aux États-Unis, où il propose la livraison de produits alimentaires à une échelle bien plus développée qu’en Europe, y compris de produits frais dans certaines zones. Le commerce en ligne est en train de mettre de sacrés coups de boutoir au commerce physique. D’ailleurs – et ce n’est pas un hasard –, plusieurs chaînes iconiques comme Walmart, Macy’s ou Sears/Kmart ne cessent d’annoncer des fermetures de magasins non profitables, qui se comptent par centaines. Le drive apparaît comme une évolution à marche forcée pour tenter de contrer l’e-commerce, ce qui vient remettre en cause le dogme du tout magasin qui a longtemps régné chez les retailers alimentaires aux USA. Et le très bon accueil fait à cette formule a, semble-t-il, surpris ses promoteurs, avec une innovation plébiscitée par les consommateurs – et notamment les familles avec enfants –, qui apprécient de ne plus avoir à descendre de voiture pour faire leurs courses.

Walmart Grocery

  • 30 000 à 40 000 produits disponibles
  • 200 magasins concernés dans 30 villes
  • Retrait gratuit en drive

Kroger Clicklist

  • 40 000 produits disponibles
  • 100 magasins concernés dans 47 villes
  • 4,95 $ par commande après les trois premières gratuites

Sources : entreprises

Le drive, une spécificité française ?

Comparatif entre les nombres d’habitants et de drives aux États-Unis et en France

États-Unis

  • 323 millions d’habitants
  • 300 drives alimentaires

France

  • 66,8 millions d’habitants
  • 3 150 drives alimentaires

Sources : Census.gov, LSA, 2015

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2413

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA