Les distributeurs sommés de proposer un prix correct aux producteurs de salades

|

Le ministre de l'Agriculture Dominique Bussereau a demandé jeudi, aux grandes surfaces de proposer rapidement un prix correct aux producteurs de salades, les menaçant, si elles s'y refusent, d'appliquer un système limitant leurs marges.

Venu rencontrer à Arles les producteurs de salades qui se plaignent de distorsions entre le prix d'achat très faible de leur produit par la grande distribution, et le prix de vente au consommateur, M. Bussereau a indiqué que l'interprofession (producteurs et distributeurs) de la salade s'était réuni mercredi et avait pris des engagements. « Si ces engagements n'étaient pas tenus, dès lundi, je saisirais mon collègue de l'Economie et des Finances et, pour la première fois car cela n'a jamais été mis en place depuis que ça existe, nous mettrions en OEuvre le cOEfficient multiplicateur », un système qui limite les marges des distributeurs en cas de crise avérée pour un produit, a déclaré à la presse M. Bussereau. « La balle est maintenant dans le camp des grandes surfaces: ou elles sont capables de proposer un prix correct aux producteurs ou je mettrai en OEuvre le cOEfficient multiplicateur dès la semaine prochaine », a-t-il ajouté.
« Nous sommes tout à fait sensible au contexte de la filière, et nous nous rangerons à la décision des pouvoirs publics, indique Emmanuel Langdorf, responsable de l'activité fruits et légumes pour Système U Ouest. D'ailleurs, nous tenons à rappeler que nous avons d'ores et déjà mis en place les outils (ajustements des prix, promotions, animations) pour sortir de la crise. Pour l'heure, le distributeur ne semble pas s'inquiéter d'une généralisation de la décision du ministre à d'autres productions. La crise de la salade, qui perdure depuis l'automne, est en effet particulièrement dure et impacte directement les producteurs du sud de la France. La Fédération départementale des syndicats d'exploitants agricoles (FDSEA) chiffre leurs pertes à 20 millions d'euros.
Le ministre de l'Agriculture a promis des aides de 1 à 1,5 million d'euros pour les producteurs des Bouches-du-Rhône. Les agriculteurs affirment que la production d'une salade leur revient à 0,35 euros alors qu'ils sont payés de 0,05 à 0,10 euros au marché d'intérêt national et que ces salades se retrouvent à un euro dans les grandes surfaces.
 
 
Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Nos formations

X

Recevez chaque semaine les actualités du marketing et de la communication online et offline des marques et des distributeurs.

Ne plus voir ce message