Les DRH se montrent optimistes, leurs raisons en 5 points clés

Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

ETUDE Les DRH, sondés par Inergie pour l’Association nationale des DRH, assurent que l’avenir sera meilleur pour leur entreprise et pour leurs futures missions. Décryptage des raisons de cet optimisme.

71 % des DRH estiment que les perspectives économiques vont s'améliorer selon l'étude d'Inergie pour l'ANDRH.
71 % des DRH estiment que les perspectives économiques vont s'améliorer selon l'étude d'Inergie pour l'ANDRH.© stockyimages - Fotolia

Les bonnes nouvelles sont si rares qu’elles en deviennent précieuses. Pour les directeurs des ressources humaines (DRH), ici sondés* par Inergie pour l’association nationale des DRH (ANDRH) et Entreprise & Carrières, l’avenir semble se présenter sous de bons auspices.

1. Les perspectives économiques s’améliorent

Pour 76 % des DRH répondants à l’étude, le contexte économique touche toujours durement leur entreprise; mais leur confiance s’améliore, tant dans les perspectives économiques de leur entreprise pour 2015 (71% en évolution de 4 points par rapport à 2014), que dans l’évolution de leur secteur d’activité (+4 points). « La conjoncture économique est en train de se retourner. Nous sommes, je l’espère, à la fin d’un cycle démarré en 2008 », confirme ainsi Jean-Paul Charlez, président nationalde l’ANDRH.

Extrait du sondage: 

 

2. Un climat social meilleur

Le climat social est bon selon 71% des sondés, même si une inquiétude latente persiste chez les salariés ; « C’est la première fois, depuis 2011, que le climat social se stabilise », constate Luc Vidal, directeur général adjoint d’Inergie-groupe Obea en charge du pôle opinion. Les prévisions sont plus optimistes que l’année dernière puisque 24% des DRH anticipent une amélioration du climat social.

 

3. Moins de charges, c'est plus de possibilités

Plus de un DRH sur 2 estime que la baisse des charges due au Pacte de responsabilité (mise en place du CICE en 2014, augmentation du taux en 2015 et baisse des cotisations patronales en 2015...) devrait avant tout bénéficier aux investissements (dont l’innovation & la recherche), avant la création d’emplois, comme le montre ce graphique :

 

4. Des missions plus gratifiantes 

Autre évolution positive aux yeux des personnes interrogées, les DRH sont mobilisés sur des missions d’accompagnement des managers et de recrutement de jeunes talents. A l’inverse, des fonctions de dialogue social et de maitrise des coûts sont beaucoup moins citées dans les missions principales de ce poste.

5. Des DRH mieux entendus

Au moment de cette étude, 80% des DRH étaient dans l’attente d’une simplification du compte pénibilité, même ceux qui s’estimaient prêts à sa mise en place (50%).Fin mai, le gouvernement a promis de supprimer la fiche individuelle de prévention et a reporté de six mois l’entrée en vigueur des six derniers facteurs de pénibilité.

 

Mais attention, si les indicateurs semblent au vert, les DRH tempèrent: leurs missions restent difficiles à mettre en place étant donné la morosité économique. Les entreprises ont en effet continué à geler les embauches (35%) plus qu’à mener des plans de recrutement (23%) en 2014; les DRH ont en outre été contraints à plus de rigueur salariale que ce qu’ils avaient envisagé (29%).

*Sondage réalisé par Inergie en ligne du 16 mars au 10 avril 2015, 210 DRH répondants dont 60% dans les services et 34% dans l’industrie.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Produits techniques, objets connectés, électroménager : chaque semaine, recevez l’essentiel de l’actualité de ces secteurs.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA