Les enseignes préparées aux coupures d'électricité

Ce n'est pas l'ampleur des coupures d'électricité qui préoccupe les décideurs de l'alimentaire. Limitées à l'échelle du territoire, les alertes rouges pourraient même être levées par résorption de la consommation locale. Et c'est davantage cette incertitude qui compliquera la gestion pour les magasins concernés.

Partager
Les enseignes préparées aux coupures d'électricité
Qu'on se rassure : l'hiver avançant, l'hypothèse même de coupures est de moins en moins certaine.

Les modalités du "délestage"

  • Le plan national des coupures d’électricité est organisé parle Réseau de transport d’électricité (RTE), en lien avec les pouvoirs publics.
  • En cas de surtension du système, une alerte Ecowatt, orange puis rouge, est émise vers les entreprises, collectivités et citoyens afin qu’ils réduisent leur consommation entre 8 et 13 heures et 18 et 20 heures.
  • Si cette mobilisation est insuffisante, RTE va, deux ou trois jours après l’alerte Ecowatt rouge, faire procéder à des coupures d’électricité localisées et temporaires.
  • Ciblées par zone géographique de 2 000 clients environ alimentés par une même ligne électrique, elles durent deux heures, en semaine, entre 8 et 13 heures et 18 et 20 heures.
  • C'est vers 17 heures la veille du délestage que les Français seront invités à consulter les outils mis en place parles gestionnaires du réseau de distribution d'électricité de leur territoire, disponibles à partir du site de RTE, monecowatt.fr.

Source : gouvernement.fr

Surtout ne pas surdramatiser la situation ! C'est ce que veulent les professionnels de la distribution alimentaire face au plan national de coupures d'électricité annoncé parle Réseau de transport d'électricité (RTE) et les pouvoirs publics. Il pourrait théoriquement générer des alertes rouges dans certains magasins alimentaires condamnés à fermer car momentanément privés de froid, d'éclairage, de moyens de paiement et de sécurité, etc. Mais l'hiver avançant, l'hypothèse même de coupures est de moins en moins certaine. Et, surtout, « c'est seulement 5 à 10 % de la consommation électrique en France qui est en jeu, pondère Franck Charton, délégué général de Perifem. Les enseignes d'hypers, de supers et de hard-discount cumulant quelque 15 000 magasins, ce sont tout au plus un millier qui seraient concernés. Desquels il faut encore soustraire ceux équipés de groupes électrogènes, qui resteront autonomes. » De même, on se déclare plutôt serein chez Monoprix« nous avons des process déjà bien maîtrisés, car nous avons eu aussi à gérer des coupures durant les pics de chaleur », déclare Aymar Le Roux, directeur technique, sécurité et sûreté du groupe. Autre bémol : l'alerte Ecowatt, donnée deux ou trois jours à l'avance engageant les citoyens à réduire leur consommation, pourrait suffire à éviter certaines coupures géographiques si l'effort est suffisant. L'union sacrée de la distribution pour la sobriété énergétique, enfin, a déjà donné ses résultats, « appliqué dès juin, notre protocole s'est déjà traduit par une baisse de consommation estimée à 6 % », souligne Franck Charton.

Mutualiser des groupes électrogènes

Néanmoins, les risques de coupures ne sont pas exclus. Si les enseignes alimentaires travaillaient activement pour bâtir leur plan d'action à la veille des fêtes, la plupart, parmi celles que nous avons contactées, n'avaient pas finalisé leur protocole… Car le plus dur est d'anticiper les conduites à tenir dans cette incertitude de coupures effectives. Durant le fort de la pandémie de Covid, les procédures de sécurité étaient certes exigeantes, mais au moins étaient-elles certaines et incontournables. « Alorsque là, nous devons monter des procédures appuyées sur des hypothèses, déplore Émilie Tafournel, directrice qualité de la Fédération des entreprises du commerce et de la distribution (FCD). En l'état de nos informations, les dernières actualisations des autorités sur les zones géographiques et plages horaires pressenties devraient être communiquées la veille à 21 h 30, sans que pour autant nous soyons assurés de la réalité d'une coupure le jour J. Il serait essentiel que nous recevions confirmation ouinfirmation le matin même, pour œuvrer au mieux. » Une solution de parade est de mettre en route un groupe électrogène. Mais si la plupart des hypermarchés sont équipés, ce n'est pas le cas des moindres formats. Et l'on a perçu « un coup de chauffe » de la demande au Groupement des industries du groupe électrogène (Gigrel). Ce dernier a enregistré « une activité chez nos adhérents trois à quatre fois supérieure à la moyenne durant les mois d'août,septembre et octobre, dans un marché de l'énergie sous tension depuis le début du conflit en Ukraine, où les acteurs ont pourtant mal anticipé leurs besoins », constate Lenaïk Andrieux, le président du Gigrel. Une solution, au sein d'un parc de magasins de même enseigne incluant une zone rouge, est de mutualiser les équipements en les déplaçant vers les points de vente sans électricité. « À condition, note Rodolphe de Beaufort, délégué général du Gigrel, d'avoir des électriciens formés et des équipes de nuit disponibles. » Un cas particulier pourrait se présenter, encore, pour un hypermarché, doté de son groupe électrogène, situé dans un centre commercial. « Il pourrait rester ouvert, mais pas l'ensemble des parties communes ou parkings démunis de solutions de continuité électrique », analyse Franck Charton.

Au-delà des magasins, un maillon essentiel de la chaîne alimentaire semble avoir été mis de côté des problématiques de coupures : les entrepôts frigorifiques. « Nous sommes le grenier de la France, et c'est tout l'aval de la distribution qui en subira l'impact si les magasins ne sont pas approvisionnés, en cas de défaillance chez nous, clame Valérie Lasserre, déléguée générale de La Chaîne logistique du froid, représentant 120 entreprises de transport et d'entreposage de produits frais & surgelés et 600 plates-formes et sites de stockage. Chacun de ces entrepôts représente des volumétries énormes, de 5 000 m3 et plus. Et outre le fait d'assurer les flux de commandes en continu entre industries alimentaires et grande distribution, nous conduisons aussi des process de congélation de produit frais dans des cycles pouvant durer plusieurs jours. »

Ne pas revivre l'effet « couvre-feu »

Or, dans chaque département, le préfet établi une liste d'usagers et sites prioritaires protégés de toutes coupures organisées : hôpitaux, services d'urgence, d'incendie, de secours… « Nous avons écrit aux préfets pour que nos entrepôts soient classés prioritaires, poursuit Valérie Lasserre. 65 % d'entre eux n'ont pas répondu ! Et, parmi les répondants, 54,5 % nous ont jugés non prioritaires pour seulement 45,5 % qui nous ont reconnus ou reclassés comme tels… » Il ne faut pas, non plus, perdre de vue qu'en plus des magasins et entrepôts, c'est tout le réseau électrique d'un secteur - des zones géographiques de 2 000 clients en moyenne alimentés par une même ligne - qui sera coupé deux heures entre 8 et 13 heures ou entre 18 et 20 heures. « Les effets concerneront donc aussi les clients et les équipements publics, rappelle Thierry Desouches, responsable des relations extérieures de Système U. Sans signalisation routière, ces clients resteront certainement chez eux, et nous pourrions revivre, en plus limité, un effet ”couvre-feu”. Le tout est que nous ne laissions pas s'installer chez ces clients contrariés, voire inquiets sur la conservation du frais, un climat trop suspicieux. » De même qu'une préalerte lancée par Ecowatt est susceptible de provoquer des réflexes de (sur)stockage dans les zones concernées… Autant d'imprévus qui font souhaiter à Aymar Le Roux, que « nous partagions nos retours d'expérience après chaque coupure. Non seulement au sein de Monoprix, mais aussi au sein d'organismes, comme Perifem, au service des autres acteurs de la distribution alimentaire ».

Comment anticiper les interruptions temporaires

  • Contacter ses prestataires pour cartographier et connaître la capacité de conservation hors connexion de son parc de meubles de froid.

  • Éviter de lancer tout process (cuisson, fumaison, refroidissement rapide, etc. ) et décaler les horaires de dégivrage, en fonction de l'horaire de coupure.

  • Mobiliser le personnel nécessaire hors horaires habituels.
  • Sensibiliser les clients sans alarmisme.

  • Constituer un stock de glace en amont, notamment pour le rayon marée.

Mais aussi : 

  • Se tenir informé de la situation sur les sites disponibles, dont coupures-temporaires. enedis.fr.
  • Prévoir l'éventuel déplacement de certains produits des rayons vers les chambres froides.
  • Prévenir tous les partenaires œuvrant en magasins (animations, stands dédiés, etc. ) de la coupure électrique.
  • Opérer un redémarrage progressif avec des spécialistes électriciens pour ménager une remise en route de l'ensemble des installations sans surtensions.
  • Vérifier, enfin de coupure, pour les meubles sans système enregistreur, la conformité de température à cœur des produits, avec un thermomètre sonde.

Source : éléments du protocole de la FCD

Trois questions à Aymar Le Roux, directeur technique, sécurité et sûreté du groupe Monoprix

LSA - Comment appréhendez-vous les possibles coupures d'électricité sur votre parc de magasins ?

Aymar Le Roux - Plutôt sereinement ! Non seulement nous nous y préparons depuis début juillet, quand nous avons signé la charte Ecowatt. Mais, surtout, nous avons des process déjà bien maîtrisés, car nous avons eu aussi à gérer des coupures durant les pics de chaleur. Autant dire que nous avons fait front à des situations beaucoup moins cadrées que l'actuel plan national de coupures. Toutes nos équipes sont donc mobilisées.

Que se passera-t-il en magasins au moment de la coupure ?

A. Le R. - En anticipation de cette coupure, puisque nous en serons informés à l'avance, nous veillerons d'abord à la chaîne du froid. Nos équipes procéderont, notamment, à un allégement de certains rayons frais vers les chambres froides dotées de la meilleure inertie thermique. De même que les livraisons pourront être différées pour éviter de charger ces rayons et d'en faire échapper le froid en ouvrant les portes. Nos caisses équipées de batteries permettront d'encaisser, sans dysfonctionnement, les achats des derniers clients. Mais ensuite, le magasin plongé dans la pénombre avec l'éclairage de sécurité devra être fermé, nous devrons donc procéder à son évacuation.

C'est, après la pandémie de Covid, une épreuve de plus pour les professionnels du commerce…

A. Le R. - Raison pour laquelle nous devons rester humbles, pragmatiques et unis en privilégiant le partage de nos retours d'expérience après chaque coupure. Non seulement au sein de Monoprix, mais aussi au sein d'organismes, comme Perifem (qui fédère intégrés, indépendants, centres commerciaux, fournisseurs, etc. , NDLR), au service des autres acteurs de la distribution alimentaire. Et même de l'ensemble de nos clients et des Français car ce sujet d'énergie est d'ampleur nationale.

Sujets associés

NEWSLETTER Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS

Tous les événements

Les formations LSA CONSO

Toutes les formations

LES SERVICES DE LSA CONSO

Trouvez les entreprises de la conso qui recrutent des talents

Reuter.com

Conseiller clients avant-vente (h/f)

Reuter.com - 01/12/2022 - CDI - BOULOGNE BILLANCOURT

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par
LSA

Les réseaux de Franchises à suivre

ESSENTIEL & DOMICILE

ESSENTIEL & DOMICILE

Une autre vision des services à la personne

+ 2600 franchises référencées

Tout voir
Proposé par
Toute la Franchise

ARTICLES LES PLUS LUS