Les entreprises de l’Alliance du commerce cherchent leur voie

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Les membres de l’Alliance du commerce, qui regroupe les enseignes d’équipement de la personne, se sont réunis hier à Paris pour se projeter dans les dix ans à venir, alors que la crise frappe durement le secteur, grands magasins mis à part. Le président de l’Alliance, Christian Pimont, estime qu’il faut se refocaliser sur le client. 

Christian Pimont, président de l'Alliance du commerceregroupe les fédérations d’enseigne de l’habillement (FEH), de la chaussure (FEC) et les grands magasins (UCV).
Christian Pimont, président de l'Alliance du commerceregroupe les fédérations d’enseigne de l’habillement (FEH), de la chaussure (FEC) et les grands magasins (UCV).

Beau plateau, salle pleine,  à Paris, pour débattre du «Commerce en 2022 », à l’invitation de l’Alliance du commerce, qui regroupe les fédérations d’enseigne de l’habillement (FEH), de la chaussure (FEC) et les grands magasins (UCV). Christian Pimont avait demandé à des experts de la consommation (Philippe Moati), des acteurs économiques comme Laurent Milchior, président d’Etam et du e-commerce, comme Frank Zayan, directeur e-commerce des Galeries Lafayette, d’essayer de dresser le tableau des années à venir.

Plans sociaux...

Le commerce connaît en effet une mutation ultra-rapide et la crise frappe durement tout le secteur. Dans la chaussure, « tous les mois, sauf deux ont été négatifs l’an dernier et pour le premier semestre, les ventes chutent de 4,5 % après 3,5 % lors du premier semestre précédent, indiquait lors d’une conférence de presse Franck Boehli, président de la FEC. Il y a là un vrai signal d’alarme. Même les sites de vente en ligne souffrent, leur croissance n’est plus de 80 ou 50 %, mais seulement de 15 %, le ralentissement est considérable ». Comme en écho à cette nouvelle donne, le groupe Royer, propriétaire de Kickers, Kélian et Jourdan, annonce un plan social pour de 163 postes, selon Ouest-France.

Le "non-résident" sauveur... 

L’habillement ne va guère mieux. «C’est tout l’équipement de la personne qui est touché, et nous venons de vivre le pire printemps, ajoute Christian Pimont. La baisse des ventes était de 2 % l’an dernier, elle s’accroît de 2,5 % au premier semestre. Le comportement d’achat, en grande partie lié aux hausses d’impôt des ménages, fait que la base du marché est en train de décrocher ». Alors même que les charges des entreprises augmentent. L’effet de ciseau risque d’être ravageur. Seuls les grands magasins tiennent bien le coup, affichant + 2 % au premier semestre, après + 5 %. Pour l’essentiel, cette croissance vient du tourisme, la France battant des records dans le domaine. Selon Claude Boulle, directeur de l'UCV, «les ventes auprès des non-résidents atteignent entre deux et six mois de chiffre d’affaires dans des villes comme Lille, Biarritz, Avignon ».

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA