Marchés

Les entreprises du traiteur frais ont encore 750 M€ sous le coude et se dotent d’un nouveau président

Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Pascal Bredeloux, directeur général de Bonduelle Fresh Europe, prend la tête du syndicat des entreprises du traiteur frais. Il succède à cette fonction à Pierre-Yves Ballif, directeur général de Blini. A l’occasion de la cinquième journée du traiteur frais organisée ce mercredi 14 juin 2017, le tout nouveau président des entreprises du traiteur frais est revenu sur la bonne santé du secteur et les défis qui restent à relever.

Pascal Bredeloux, nouveau président d'ETF
Pascal Bredeloux, nouveau président d'ETF©Barbara Grossmann

S’il y a bien un marché qui se porte bien dans l’univers des produits de la grande consommation, c’est assurément celui du traiteur. Son chiffre d’affaires s’élève à 7,6 mds € à fin mai 2017, en  progression de 5,7% versus +0,7% pour les produits de grande consommation frais libre-service  enregistré au cours de la même période, selon les données de Nielsen.

Encore 750 M€ de gain potentiel

Mieux, le gain potentiel de 800 M€ mis en lumière par l’étude Nielsen Assortman il y a 4 ans a bien été réalisé par les entreprises du secteur. Les recommandations en termes de développement de l’offre et de linéaire ont même été dépassées. A l’occasion de la cinquième journée du traiteur frais organisée ce mercredi 14 juin 2017, Cyrille Delavaud, consultant chez Nielsen a dévoilé une mise à jour de cette étude. Selon lui, près de 750 M€ peuvent à nouveau être générés au rayon traiteur libre-service, à condition de poursuivre l’augmentation du nombre de références et la taille du linéaire. « Le rayon traiteur est celui qui rapporte le plus gros chiffre d’affaires supplémentaire au magasin. Au contraire, partout où le rayon épicerie a été optimisé, le chiffre d’affaires global du magasin s’inscrit en recul », a assuré Cyrille Delavaud devant un public bien évidemment acquis à sa cause.

L’attractivité du rayon, une priorité

Pour autant, le baromètre shopper présenté par Iri  et portant sur la perception des acheteurs du rayon traiteur met en garde les industriels. Le traiteur reste bien, et de loin, le premier univers de destination pour un magasin, mais depuis 2015, l’écart avec les autres univers s’est réduit. Comme le DPH, dont le chiffre d’affaires a chuté en l’espace de 10  ans  à -3,5%, le traiteur est un univers complexe, source de plaisir, impliquant mais aussi concurrencé par de multiples autres circuits. Attention donc à bien travailler l’attractivité du rayon  pour répondre aux attentes des consommateurs. Qu’il s’agisse de choix, d’innovations, de plaisir avec des espaces de restauration, des pôles thématiques comme le snacking, de la rigueur dans la tenue du rayon, celles-ci sont clairement exprimées… 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA