Les espèces restent prisés pour les dépenses alimentaires

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer
© Franck Diapo - Fotolia

Les magasins n’ont pas fini de trier les espèces ou d’investir dans des solutions de cash management. Comme le révèle une étude Ifop menée fin mars pour le spécialiste des flux d’espèces et de paiements électroniques, Wincor Nixdorf, les Français continuent en effet à une écrasante majorité (95%) de posséder de l’argent liquide sur eux. Ils détiennent en moyenne 37 € dans leurs poches. Le cash n’est pas mort et il affiche même une belle santé dans les dépenses courantes, qui incluent les achats alimentaires : 90% des transactions de ce type restent effectuées en cash. A l’autre bout de la chaîne, seules 5% des dépenses en supermarché, assimilées aux gros achats, sont effectuées en menu monnaie. Des espèces que les consommateurs utilisent en majorité (53%) pour régler des sommes inférieures à 15 €, avant de basculer vers un autre mode de paiement, carte bancaire ou chèque . A noter également que seules 5% des personnes interrogées déclarent avoir l’habitude de retirer de l’argent dans une galerie marchande, mais 48% aimeraient le faire. Et, plus encore, 36% souhaiteraient disposer d’un distributeur automatique dans le magasin lui-même. Logique, selon Wincor, puisqu’il s’agit « de lieux consacrés à la dépense ». Le cash a donc encore de l’avenir dans le commerce, en dépit des tentatives de développer des modes de paiement électronique, comme l’illustre une autre donnée : 54% des consommateurs estiment qu’ils paieront autant ou plus en espèces dans les prochaines années. Une tendance qui laisse autant de place aux pièces qu’aux billets. Il est ainsi intéressant de relever que 78% des répondants sont hostiles à la création d’un billet de 1€.

 

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA