Les Européens sont divisés sur un soutien du cours du lait

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Intervenir pour soutenir les cours du lait : les ministres Européens de l'Agriculture sont divisés.

Saisis par la Pologne et l'Estonie, qui redoutent une crise "similaire" à celle qu'a traversée le secteur laitier en 2009, les ministres ont constaté leurs divergences quant à la nécessité d'activer des mécanismes correctifs sur les marchés. Dans un document diffusé aux ministres, la Pologne, soutenue par l'Estonie, demande que "tous les mécanismes adéquats" soient activés, "y compris la réintroduction des restitutions aux exportations de produits laitiers aussi vite que possible".

Hausse mondiale de la production

Mais le commissaire à l'Agriculture, Dacian Ciolos, a estimé qu'une telle mesure "ne semble pas justifiée à la lumière de la situation actuelle du marché". Selon l'exécutif européen, la baisse des cours enregistrée ces derniers mois intervient après une évolution largement positive des prix du lait, et s'explique en particulier par une forte hausse de la production dans les principales régions productrices (+3 % dans l'UE en 2012, +9,9 % en Nouvelle Zélande, +5,5 % en Australie).

Divergences européennes

Les prix moyens dans l'UE en mai 2012 (31,6 centimes le litre) restent 30% plus élevés qu'en 2009. Si la Belgique, le Portugal, la Hongrie et la Slovénie ont soutenu la démarche polonaise, le Royaume-Uni, l'Allemagne et le Luxembourg ont, au contraire, plaidé pour ne pas intervenir à court terme.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA