Marchés

Les fabricants de pâtes inquiets de la "pénurie" de blé dur

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer
Le blé dur représente 75% du prix de revient d'une pâte de qualité supérieure
Le blé dur représente 75% du prix de revient d'une pâte de qualité supérieure
 

Les fabricants de pâtes se sont dit inquiets lundi de la "pénurie" de blé dur et de l'augmentation des cours mondiaux de cette céréale après de mauvaises récoltes, demandant un "plan d'urgence" aux pouvoirs publics.

La récolte de blé dur, utilisé pour les pâtes et la semoule, alors que le blé tendre sert à faire du pain, a été "exceptionnellement faible en France" (-38% en deux ans) et en Europe, souligne dans un communiqué le SIFPAF-CFSI, syndicat des industries des pâtes alimentaires et de la semoule.

La dégradation de la qualité du blé français, à cause des intempéries estivales, a rendu "inapte à la production de pâtes plus du tiers de la récolte française", ajoute l'industrie.

La moisson a aussi été mauvaise au Canada, premier exportateur mondial de blé dur: "pour la première fois depuis 20 ans, un tiers de la récolte n'est pas au standard de qualité requis pour faire des pâtes et sera déclassé en nourriture animale", explique le SIFPAF-CFSI.

Résultat: la production mondiale est en baisse de plus de 3 millions de tonnes et le volume de blé utilisable par l'industrie des pâtes est "inférieur de 20% aux besoins". Le prix du blé dur a augmenté de "50% en douze semaines", selon les industriels.

Le blé dur représente 75% du prix de revient d'une pâte de qualité supérieure.

Cette hausse "ne pourra être supportée par une industrie déjà fortement fragilisée et dont le nombre de fabricants n'est plus que de six aujourd'hui en France", craint le SIFPAF-CFSI.

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA