Les fabricants veulent bannir les jeux dangereux

|

Adieu les jeux toxiques et périlleux. Les fabricants de jouets sont tenus à des normes de sécurité de plus en plus strictes. Ces derniers doivent déjà passer par une foule d'épreuves techniques avant de placer les jouets dans les rayons des magasins. Des normes qui font de "l'Europe le marché où les règles sont le plus sévères", juge Robert Ziegler, un ingénieur de TÜV. Et les fabricants ne sont pas au bout de leurs peines, car une nouvelle directive, qui doit entrer en vigueur en juillet, renforce encore leurs obligations. Les jouets vont devoir subir une nouvelle batterie de tests renforcée pour arborer le label "CE", obligatoire pour être vendu dans l'Union européenne, mais qui ne garantit qu'un respect minimal des normes. Cette directive vise à mieux protéger "les 80 millions d'enfants de moins de 14 ans en Europe", explique un spécialiste de la Commission européenne, présente pour la première fois sur le Salon du jouet de Nuremberg (sud de l'Allemagne). Pour les industriels, cette directive permet ainsi d'éviter les scandales qui se sont succédé ces dernières années, dont le plus gros a obligé en 2007 Mattel, le numéro un mondial, à rappeler 18 millions de jouets contenant du plomb. Principale nouveauté, un millier de substances cancérogènes, mutagènes ou risquant de rendre stérile, seront interdites dès 2013, explique Dieter Böhme, de la société Analyticon. Même si les tests se multiplient lors de la conception des jouets, "tout et n'importe quoi peut se passer ensuite dans la production", tempère-t-il. Les industriels chinois, qui produisent six jouets sur dix importés en France, sont souvent montrés du doigt. En effet, il est très difficile de savoir dans quelles conditionsces derniers sont fabriqués. Du coup, de très nombreux fabricants de jouets présents au Salon du Nuremberg misent sur l'étiquette "fabriqué en Europe" ou sur les matériaux naturels pour tenter de rassurer les consommateurs. Reste que mieux contrôlés, les jouets seront aussi plus chers. Faire tester la conformité d'un jouet aux exigeantes européennes coûte 800 à 2 000 euros par modèle, explique Robert Ziegler.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter