Marchés

Les féculents font sauter les freins

|

Sains et naturels, les féculents ont tout pour plaire. Mais les fabricants doivent encore lutter contre la tendance des consommateurs à acheter les mêmes pâtes ou l’idée reçue que le riz n’a pas de goût.

AcademiaBarillajpg.jpg
AcademiaBarillajpg.jpg© dr

Un marché avide de croître, avec un appétit d’ogre et passé maître dans l’art de faire sauter les freins à la consommation. Ainsi se présentent les féculents. Certes, la hausse des prix du blé en 2014 et la chute des ventes entraînée par les fortes chaleurs de l’été 2015 ont obligé sa principale catégorie, les pâtes, à lever le pied, mais la tendance générale reste prometteuse, surtout pour ces dernières et les céréales.

« Les clients apprécient toujours autant les pâtes, dont le taux de pénétration atteint 95%, et sont surtout en quête de praticité et de variété », explique Stéphanie Moreau, chef de groupe pâtes, couscous et céréales chez Panzani. Par conséquent, la marque continue à mettre l’accent sur ses cuissons rapides, qui représentent déjà 16% de ses volumes et où elle s’arroge 62% de part de marché, mais dont le taux de notoriété de 38% offre encore de belles perspectives.

Diversifier les goûts

Et notamment en direction de la diversification du goût, comme avec la gamme Qualité Pâte fraîche (donc pétrie et façonnée comme une pâte fraîche), lancée en mars. Ce terrain d’une certaine premiumisation, d’autant plus porteur que le prix final reste accessible, est aussi cultivé par le numéro deux, Barilla. « Nous avons été à l’origine de segments comme le premium, avec notre gamme Academia, ou le bien-être, avec le sans-gluten ou le blé complet », rappelle Miloud Benaouda, directeur général de Barilla France. Le segment premium pèse déjà 53 M€, et Barilla y détient presque 65% de part de marché en volume, contre 72% dans le sans-gluten, évalué à 45 M€.

Toutefois, pour la catégorie des féculents dans son ensemble, les moteurs sont le couscous (67% de la croissance des féculents en volume) et les céréales (70% de la croissance en valeur). Les céréales hors blé (quinoa, boulgour et autres mélanges), qui pèsent seulement 22 M€ il est vrai, affichent pourtant + 7,6% en volume et + 13,8% en valeur, ce qui s’explique par leur image de produit naturel et l’avènement des cuissons rapides, comme les quinoas en sachets cuisson de Tipiak ou de Lustucru.

Dans ces conditions, le riz est sur la défensive. « L’enjeu est de redonner du plaisir et du goût à cette catégorie », reconnaît Sigrid Baron, chef de groupe riz et noodles chez Panzani, dont la toute nouvelle gamme Taureau ailé, La Collection (deux basmatis et un thaï au goût rehaussé par des épices), espère justement amorcer la reconquête. 

Premium

Les pâtes de la gamme Academia de Barilla illustrent une certaine premiumisation de la catégorie.

 

Flashy

L’emballage flashy de la nouvelle gamme de Taureau ailé vise à redonner du glamour au riz.

 

Pâtes

  • 558 M€ : le CA des pâtes, + 0,3%
  • 302 000 tonnes écoulées, - 0,9%
  • 13,6 kg/an : la consommation moyenne par habitant en France (à P9 2015)
Part de marché en valeur : 
  • Panzani : 35,5%
  • MDD : 23,8%
  • Barilla : 22,2%

Riz

  • 284 M€ : le CA du riz, - 1,2%
  • 123 500 tonnes écoulées, + 1,1%
  • 5,9 kg/an : la consommation moyenne par habitant en France

Part de marché en valeur

  • MDD : 34%
  • Uncle Ben’s  :18,5%
  • Taureau ailé : 17,8%
  • Lustrucru : 12,5%

Couscous, céréales, semoule et blé

  • 123 M€ : le CA du couscous, céréales, semoule, blé, + 5,8 %
  • 40 000 tonnes écoulées, + 3,9%

Part de marché en valeur

  • Tipiak : 39,5%
  • Ferico : 22,7%
  • MDD : 22,7%

« Le rayon des féculents n’est plus complètement en phase avec l’évolution des attentes, qui ont grandi. Dans les céréales, par exemple, un élément ou un élément et demi dédié ne sont plus suffisants. »

Stéphanie Moreau, chef de groupe pâtes, couscous et céréales chez Panzani

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter