Les femmes sur les marches du pouvoir

|

Comme chaque année, elles ont droit à leur journée. Et comme chaque année, certaines se distinguent plus que d'autres. Et encore une fois, LSA, est partenaire, avec Bonial, des Trophées 2013 femmes de l'année de la distribution, organisé par le magazine Vie pratique féminin.

Caroline Boutruche
Caroline Boutruche © DR

Les freins

  • Évoluer dans un milieu encore très masculin et machiste
  • Le choix de la grande distribution en sortie d'études est encore rare

Les femmes à la tête de grandes enseignes se comptent toujours sur les doigts des deux mains. Dernière nommée en date, Véronique Laury, comme directrice générale de Castorama, première enseigne de bricolage avec 103 magasins, 11 200 salariés et 2,8 millions d'euros de chiffre d'affaires. Une arrivée suffisamment rare pour être soulignée. Après quinze années passées chez Leroy Merlin, elle a occupé plusieurs fonctions chez Castorama, comme directrice commerciale, mais aussi au sein de la maison mère Kingfisher, et comme directrice de la stratégie commerciale de l'enseigne anglaise B et Q. Une arrivée qui suscite aussi des espoirs. Alors que, en 2011, le comité de direction (Codir) de Castorama ne comptait aucune femme, il en comprend trois (sur dix) aujourd'hui. « L'exemple vient d'en haut, souligne Roselyne Haeck, directrice de la diversité pour Castorama. Cela montre que c'est possible, qu'il faut que les femmes osent passer le cap ! » En matière de mixité, l'enseigne de bricolage n'est pas à la traîne : on trouve 38% de femmes dans l'encadrement, dix-sept directrices de magasin sur une centaine. En huit ans, la féminisation des équipes a grimpé de dix points, et la proportion de femmes dans l'encadrement a doublé. D'ici à 2020, l'objectif est clair : atteindre une parfaite égalité hommes-femmes.

Une Bordelaise fidèle à Casino

  • Son nom Haingo Rabarinirina
  • Son âge 50 ans
  • Sa fonction Directrice de l'hypermarché Casino à Mérignac Arlac (33)
  • Son trophée Femme dirigeante de magasin (ex aequo)

    Haingo Rabarinirina fait partie des trois femmes sur les treize directrices de magasins de la région de Bordeaux. Depuis un an, elle dirige l'un des plus grands hypermarchés Casino de la région, en termes de résultat, de gestion et de rentabilité, celui de Mérignac-Arlac, avec ses 2 800 m², ses 17 M € de chiffre d'affaires et ses 53 salariés. « J'ai grandi dans la distribution, c'est devenu une passion », raconte cette Malgache, qui retourne à Madagascar tous les deux ou trois ans. Habitant à l'origine à Andernos, elle n'a fait que traverser le bassin pour prendre la direction du supermarché Casino d'Arcachon. Comme beaucoup de femmes (et d'hommes !) de la distribution, elle est restée fidèle à la même enseigne, Casino. Et se montre décidée à se battre pour que la gent féminine soit mieux représentée. « Trois directrices de magasin sur treize, c'est bien par rapport à la moyenne nationale de Casino, mais pas suffisant. C'est encore trop souvent un poste masculin. » Qu'on se le tienne pour dit.



Les accélérateurs

  • La pression des pouvoirs publics d'accélérer la féminisation des instances dirigeantes
  • La volontée affichée par les entreprises d'accélerer les choses

Autant de marches que les cinq lauréates des Trophées de la femme décernés par LSA en partenariat avec Axel Springer ont gravies pas à pas pour arriver l'une comme directrice d'un Hyper Casino (53 salariés, 17 millions d'euros de chiffre d'affaires), l'autre comme directrice du développement RH et des services RH France à la tête d'une équipe de 110 personnes chez Carrefour, toutes les deux munies du seul Bac en poche. À l'inverse, Caroline Boutruche et Suade Ghachi présentent des profils complètement différents, la première étant ingénieur en biologie appliquée, la seconde titulaire d'un troisième cycle en marketing management des industries agroalimentaires. Toutes deux occupent des postes transversaux, l'une comme chef de secteur PGC chez Auchan, l'autre comme responsable de la filière fruits et légumes chez Simply Market. Au sein de cette enseigne, Suade Ghachi évolue dans un milieu très masculin où il y a seulement cinq femmes sur 33. « Je ne l'ai jamais ressenti comme une difficulté, avance-t-elle. Mon credo, c'est mon expertise, c'est la meilleure arme face au machisme. »

Toujours en mouvement

  • Son nom Florence Delagneau
  • Son âge 40 ans
  • Sa fonction Directrice du Carrefour d'Hazebrouck (59)
  • Son trophée Femme dirigeante de magasin (ex aequo)

    Dans la distribution, il y a les autodidactes et les surdiplômés. Florence Delagneau fait partie des seconds. « Quand je suis sortie de l'Essec, j'avais une double formation en marketing et contrôle de gestion. Le fait de pouvoir gérer tout de suite un centre de profits me plaisait énormément. » À 26 ans, elle commence donc directement par le poste de directrice de deux supermarchés Stoc, près de Vichy, dans l'Allier. À moins de trente ans, elle pilote toute la partie pain, viennoiserie, pâtisserie des 1 000 supermarchés du groupe, avant de prendre la responsabilité de la partie Carrefour Spectacles pendant cinq ans. Sa réussite, elle dit la « devoir à Carrefour, qui lui a toujours donné beaucoup d'opportunités », mais aussi « à sa famille, son mari et ses deux enfants, qui l'ont suivie et accompagnée partout ». Car, pour évoluer, il a fallu constamment bouger. Après plusieurs années en région parisienne, elle décide, au tournant de la quarantaine, de revenir au terrain. « Je n'avais jamais connu les hypers. » Changement de cap. Depuis 2010, elle dirige le Carrefour de Hazebrouck (59) qui affiche 45 M € de chiffre d'affaires.



« Si le talent est féminin, nous embauchons des femmes ! »

Point de discrimination positive, mais la compétence prévaut toujours. Cela ne suffit pas, et, dans l'esprit des Français, il y a encore du chemin. Ainsi, selon un sondage réalisé par Harris Interactive auprès de 1 000 répondants et plus, 70% des Français restent persuadés qu'il y a une inégalité des chances à l'embauche, 72% qu'il y a une inégalité des chances de réussite, et seulement 17% qu'il y a une réelle égalité des salaires entre hommes et femmes. Les 25-34 ans restent les plus optimistes et ressentent le moins de discrimination. L'égalité se gagne à pas de fourmis. « Si le talent est féminin, nous embauchons des femmes !, assure Hélène Boulet-Supau, directrice générale du site de chaussures Sarenza, créé fin 2005. Nous avons 180 salariés, dont 60% de femmes, un peu à l'image de notre clientèle composée en grande partie de femmes. » Et au comité de direction, six membres sur dix sont des femmes, et pas seulement dans les métiers où elles se retrouvent habituellement. Outre Hélène Boulet-Supau, il y a une directrice des achats, une directrice marketing, une DRH, une directrice internationale et une directrice de la communication. Et le moindre comportement jugé sexiste est sanctionné. Ainsi, un manager qui avait tenu des propos insultants il y a quelques années à l'égard d'une femme a reçu un avertissement.

De la fourche à la fourchette

  • Son nom Suade Ghachi
  • Son âge 38 ans
  • Sa fonction Responsable nationale de la filière fruits et légumes chez Simply Market
  • Son trophée Femme manager

    Son parcours coule de source. Après un troisième cycle de marketing management des industries agroalimentaires, Suade Ghachi entre en distribution. « Je voulais allier le conceptuel et l'opérationnel », explique cette jeune femme. Elle aime les fruits et légumes, parce que ce sont « des produits vivants soumis aux aléas climatiques et qui fait que la vérité n'est jamais la même ». Elle commence comme chef de rayon fruits et légumes au magasin Auchan, à Bagnolet, dans la région parisienne, puis passe de l'autre côté comme acheteur national fruits et légumes chez Monoprix, avant de retrouver à ses premières amours, chez Auchan, cette fois dans la branche supermarchés, à Simply Market, mais toujours dans les poires et les fenouils. Depuis un an, Suade Ghachi dirige les 33 personnes de la filière nationale fruits et légumes de l'enseigne.


  • Moins de 10% de femmes sur 80 dirigeants de la distribution
  • 31,8% de femmes parmi les cadres de la distribution
  • 76% de femmes parmi les effectifs des hard-discounters, contre 69% dans les hypermarchés
  • 70,3% de femmes parmi les employés de la distribution

    Sources : Fédération des entreprises du commerce et de la distribution, Job Dubar Associés


L'industrie reste toujours largement plus paritaire que la distribution

Partout, la place des femmes progresse depuis deux à trois ans. Avec une mention spéciale pour la distribution non alimentaire et l'industrie. Dans le premier secteur, la liste est longue : Annie Bois, chez Eurodif ; Élisabeth Cunin, PDG du Comptoir des Cotonniers depuis 2011 ; Marie-Christine Marchives, DG de Sephora depuis 2010 ; Sylvie Colin, PDG de Caroll depuis 2010 ; Sandrine Lilienfeld, à la tête de Naf Naf depuis 2010 ; Anne Leitzgen, PDG des Cuisines Schmidt depuis 2006 ; Nathalie Mesny, DG d'Oxybul depuis 2011... Et dans l'industrie, des femmes PDG, il y en a toujours eu, de Nathalie Roos (L'Oréal) à Dominique Reiniche, qui a fait une grande partie de sa carrière chez Coca-Cola. « Aujourd'hui, un tiers des membres de notre Codir sont des femmes », précise Tristan Farabet, directeur général de Coca-Cola, bon élève de la parité qui a obtenu le label diversité en 2012. Et en trois ans, le nombre de femmes managers est passé de 29% à 37%.

La Cendrillon de Carrefour

  • Son nom Muriel Bolteau
  • Son âge 47 ans
  • Sa fonction Directrice du développement RH et des services RH France, Carrefour France
  • Son trophée Vie professionnelle, Success story

    Son histoire relève du conte de fées. Après avoir quitté l'école à l'âge de 17 ans, Muriel Bolteau travaille dans une boulangerie, puis décide de reprendre des études. De milieu modeste, elle loge quelques mois dans un foyer de jeunes travailleurs tout en faisant son stage... chez Carrefour, où elle est toujours, vingt-six ans après. « J'ai découvert un milieu qui recrute sans diplômes et pu avoir très vite des responsabilités. À 23 ans, j'étais déjà responsable de mon compte d'exploitation », raconte celle qui dirige aujourd'hui une équipe de 110 personnes. Sa carrière s'est répartie entre les magasins et le siège, qu'elle rejoint en 2003 en tant que directrice du développement des RH. Après un passage par l'international, elle dirige depuis juin 2010 la gestion des carrières, du développement des talents et des relations école pour toutes les enseignes du groupe.



Un record comparé à Carrefour qui ne compte qu'une femme parmi son comité exécutif. Mais, pour Tristan Farabet, les choses peuvent encore progresser. « C'est aussi une question de méthode. Pour arriver à de meilleurs résultats, nous nous assurons qu'il y a toujours une femme au dernier stade de sélection pour les managers. » Y compris dans les sites de production où le personnel est très masculin. Depuis trois ans, par exemple, la moitié des managers sont des femmes dans l'usine de Clamart, en région parisienne. Une manière de provoquer des vocations et de faire en sorte que les femmes ne s'interdisent pas naturellement certains secteurs.

De l'agro à la distrib

  • Son nom Caroline Boutruche
  • Son âge 27 ans
  • Sa fonction Chef de secteur PGC, Auchan Fontenay-sous-Bois (94)
  • Son trophée Jeune femme meilleur espoir

    Rien ne la prédestinait à la grande distribution. Ingénieur de l'École nationale supérieure de biologie appliquée, Caroline Boutruche choisit d'entrer chez Auchan, sur les conseils d'une amie ! Elle débute en 2008 comme manager rayon parfumerie à l'hyper de Fontenay-sous-Bois. En prenant la tête du secteur épicerie salée et animalerie, elle fait un bond quantitatif et gère un compte d'exploitation de 9,5 millions d'euros de chiffre d'affaires. Puis, c'est la consécration, avec le poste de chef de secteur PGC, premier contributeur en termes de chiffre d'affaires et de résultat de l'hypermarché. Caroline Boutruche fait partie du comité de direction, comme six autres femmes, une exception dans le milieu masculin de la grande distribution, et mène une équipe de 55 employés et six chefs de rayon.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2264

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

X

Produits techniques, objets connectés, électroménager : chaque semaine, recevez l’essentiel de l’actualité de ces secteurs.

Ne plus voir ce message