Les fournisseurs indiens de Metro dans le viseur des ONG

|

Mauvaise publicité pour Metro, qui doit tenir demain mercredi son assemblée générale... L'ONG britannique Oxfam a dénoncé ce mardi dans un rapport le niveau extrêmement bas des salaires versés en Inde par les fournisseurs du groupe de distribution allemand, qui sont inférieurs au seuil de pauvreté. "Les conditions de travail des ouvriers agricoles chez les fournisseurs indiens de Metro sont particulièrement problématiques: ils reçoivent 85 centimes d'euro pour 10 à 12 heures de travail quotidien. Et cela six jours par semaine, avec seulement une demi-journée de libre par semaine", selon Oxfam. Bien en dessous du 1,25 dollar par jour de revenus qui définit le seuil de pauvreté. En outre, les femmes sont "systématiquement sous-payées" par rapport aux hommes, avec des salaires parfois moitié moindres. La discrimination syndicale est également pratiquée au sein de la filiale Cash & Carry de Metro en Inde en terme de hausses de salaires et de promotions, selon l’ONG. Et les heures supplémentaires imposées par les employeurs ne sont pas rémunérées -aussi bien dans la filiale de Metro que chez les fournisseurs-, "ce qui est en contradiction avec le droit du travail indien, qui prévoit au contraire qu'elles soient payées 200% du salaire normal". Oxfam souligne que le groupe Metro s'était pourtant "engagé à respecter les législations internationales sur le travail chez lui et chez ses fournisseurs".

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter