Les Français ont dépensé en moyenne 230 euros pendant les soldes

|

Un bilan « meilleur que prévu » pour les soldes. En somme, une bonne surprise. Tel est ainsi le constat établi par Philippe Guilbert, directeur général de Toluna, maintenant que les soldes d’hiver sont finis.

Cela représente un budget supérieur de 14,8% aux prévisions des Français interrogés pour LSA début janvier.
Cela représente un budget supérieur de 14,8% aux prévisions des Français interrogés pour LSA début janvier.

83,7% des Français ont procédé à au moins un achat durant ces cinq semaines. C’est, mine de rien, 3,1 points de mieux que l’année dernière (80,6%). Une performance plus que satisfaisante.

D’autant que la dépense moyenne, contre toute attente, s’avère elle aussi en hausse. « En moyenne, les acheteurs ont dépensé 230 euros pendant ces soldes d’hiver, relève Philippe Guilbert. Cela représente un budget supérieur de 14,8% aux prévisions des Français interrogés pour LSA début janvier. »

Un budget supérieur à l'année dernière, mais loin de ce qu'il était encore en 2011

Cela représente aussi, et même surtout, un budget supérieur à ce qui avait été constaté à l’occasion des soldes d’hiver 2013 : 225 €. Bon, une fois qu’on a dit cela, évidemment, il fait relativiser. Nous sommes, malgré tout, dans des années creuses. Pour mémoire, le budget alloué aux soldes était encore de… 251 euros en 2011.

Merveille des merveilles, le ressenti des consommateurs colle avec la réalité du porte-monnaie. 37,2% des Français disent en effet avoir consacré le même budget aux soldes qu’en 2013, contre 30% qui déclarent avoir dépensé plus, et 24,8% annonçant avoir réduit leurs achats. Il en reste 8% nous direz-vous, tatillons que vous êtes… Et vous aurez raison. Ceux-là… ne savent pas. En même temps, vous vous souvenez, vous de ce que vous avez dépensé il y a un an ? Ne les blâmons donc pas, et avançons dans l’analyse.

Les femmes plus que les hommes

Si 83,7% des Français ont acheté en solde, d’assez grandes disparités entre hommes et femmes sont observables : « 86% des femmes ont fait les soldes, mais 81,3% des hommes », pointe Philippe Guilbert. En revanche, on ne note pas d’écarts significatifs en fonction des tranches d’âge.

Quel que soit l’âge ou le sexe, en revanche, une même règle : les soldes sont un sprint, bien plus qu’une course au long cours. Après cinq jours, le « taux de participation » atteignait déjà 71,2%. Et s’il a augmenté ensuite doucement pour se fixer à 83,7%, « moins de 2% des personnes ont attendu les quatrième et cinquième semaines pour faire leurs premières soldes ».

La montée en puissance des achats high-tech

Dernier point intéressant : on savait que ces soldes étaient essentiellement consacrés aux vêtements - les vagues successives des enquêtes réalisées par Toluna pour LSA l’ont démontré  - mais on ignorait encore comment le glissement s’opérait ensuite. Maintenant, on sait. Après s’être rués sur les vêtements deux semaines durant, les Français partent en quête d’autres produits : « Ils recherchent ensuite, dans les dernières semaines, la lingerie, les chaussures, les sacs et les accessoires », observe Philippe Guilbert.

Autre élément clé, et assez nouveau : en 2014 les Français ont diversifié leurs achats, avec plus de la moitié d’entre nous qui ont acheté un produit high-tech à prix réduit, tablettes et smartphones notamment. Conséquence directe : « Ces soldes sont de plus en plus immatériels, grâce aux ventes en ligne et aux produits high-tech. Cela signifie que les boutiques de mode doivent faire beaucoup d’efforts pour conserver leur clientèle. La bonne tenue globale des soldes 2014 ne doit pas dissimuler l’importance de ces challenges. » 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter