Marchés

Les fromages cet hiver auront un fort parfum de montagne

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Pour la saison hivernale, les industriels du fromage misent sur des produits à fortes consonances montagnardes. Pour doper le segment des nouveaux usages avec plus de typicité.

Comme pour les glaces, le marché du fromage connaît des variantes en fonction des saisons. L’hiver étant à ce titre un moment clé. Alors que l’essentiel de la croissance du secteur est désormais généré, non plus par les produits dits de plateau mais par le pôle nouveaux usages, qui représente désormais 50 % du marché en volume (14 % pour le snacking et 36 % pour la cuisine), les industriels mettent de gros moyens cet hiver sur cette dimension, et donnent un fort goût de montagne à leurs produits.

Mixer les offres

Si on note depuis longtemps la présence des fromages à raclette dans les linéaires, des innovations voient le jour sur ce segment. Bongrain, par exemple, avait osé une raclette au wasabi il y a deux ans… L’expérience n’a pas été reconduite ! Mais aujourd’hui, des produits plus conventionnels animent le rayon. Entremont (Sodiaal) a lancé, depuis l’an passé, des tranches triangulaires adaptées aux poêlons, et propose cette année un duo raclette-morbier. Chez Bongrain, sur RichesMonts, la marque s’adapte aux évolutions des goûts et des modes de consommation en innovant avec une raclette réduite de 25 % en sel. Le Petit Breton, lui, s’essaie à un partena­riat avec le spécialiste de la charcuterie, L’Atelier de l’Argoat, et lance une assiette avec fromage à raclette et tranches d’andouille. Enfin, Bel arrive avec une référence de fromage à raclet­te, Leerdammer nature ou fumé. « La marque est leader sur les fromages en tranches et séduit les adultes comme les enfants. Elle a donc une légitimité sur ce pôle et nous voulons profiter de la croissance de ce marché », estime Cédric Cornière, directeur de la stratégie commerciale chez Bel.

Des formules adaptées

Si la raclette fait partie des piliers des fromages à consommer chauds, de nouvelles recettes, moins ancrées dans l’habitude des consommateurs, se développent, comme la fondue ­savoyarde et la tartiflette. « Le segment de la fondue est monopolisé par les préparations toutes prêtes. Nous partons donc sur un nouvel axe avec un mélange de râpés typiques savoyards et on abandonne la fondue prête à l’emploi », explique Pascal Bertrand, directeur marketing chez Entremont. Par ailleurs, sur la tartiflette, les industriels ont développé un fromage spécial avec un fondu et un nappage particuliers. « Certains consommateurs ne savent pas quel fromage utiliser pour réaliser une tartiflette. Un produit estampillé pour cet usage sera plus visible en magasin », indique Jean-Philippe Gateau, directeur développement des ventes chez Lactalis Fromage. Ainsi, les deux coleaders du marché du fromage lancent des références adaptées à cette utilisation : Lactalis sur Président et Bongrain sur RichesMonts. Plus besoin de partir skier pour profiter d’un plat montagnard !

Camille Harel

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA