LES FRUITS ET LÉGUMES DANS LE HARD-DISCOUNT

17 %

C'est la part des ventes en valeur de pomme de terre fraîches réalisées en 2004 dans le hard-discount, contre 16,5 % pour les légumes et 13,6 % pour les fruits frais.

L'avis de lsa

Le hard-discount générera bientôt autant de volume en fruits et légumes que les marchés traditionnels. Entre 1997 et 2004, le budget moyen dans ce circuit est passé de 19,24 à 31,31 E. L'écart de prix varie de 25 % à 30 % selon les périodes et les produits. Selon l'Office des fruits et légumes, le hard-discount continue de recruter des consommateurs, mais surtout, ce sont des consommateurs qui achètent autant (en volume) que dans les autres circuits. Comme en GMS, la pomme, l'orange et la banane sont importants, mais le hard-discount enregistre de fortes progressions sur des produits comme la poire, la fraise ou l'avocat, pourtant réputé sensibles.

SOURCE : PANEL CONSOSCAN TNS SECODIP POUR ONIFLHOR

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 1916

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous