Les géants de la distribution en croissance malgré la crise

CLASSEMENT Les années de crise se suivent, mais les leaders mondiaux de la distribution ont su s’y adapter. En 2013, les ventes des 250 plus gros ont crû de 4,1%.

Impression

Dépassé par Costco… Il y a de quoi l’avoir mauvaise. Malgré une bonne année 2013 en France et en Amérique latine, Carrefour est relégué à la dernière marche du podium mondial de la grande distribution, victime de la baisse de l’euro face au dollar. En attendant, il faut reconnaître que le distributeur américain, sur le point d’ouvrir son premier magasin en Ile-de-France, a réalisé une très bonne année aussi, en croissance de 7,7%.

Comme chaque année, le cabinet Deloitte publie son top 250 de la distribution mondiale. Les chiffres de 2013 ne paraissent que maintenant à cause des entreprises dont l’exercice décalé s’est terminé en 2014. Avec un chiffre d’affaires total de 4 354 milliards de dollars, il est en progression de 4,1%, malgré de fortes disparités en fonction des zones géographiques ou des modes de distribution. Indétrônable leader, Walmart enregistre des ventes 4,5 fois supérieures au deuxième, Costco, et presque 5 fois par rapport à Carrefour.

Tous les européens ne sont pas non plus victimes, comme Carrefour, de la monnaie unique, car le groupe Schwarz (Lidl) parvient à enregistrer une hausse de 9,5% des ventes (98,6 Mrds $). Il est bien aidé par le succès remarquable de ses magasins de hard-discount en Angleterre, tout comme son concurrent compatriote Aldi (8e à 81 Mrds $, + 4,7%). En revanche, Tesco, dont les difficultés sont bien connues, a reculé de 2%, ainsi que Metro (- 2,5%). À lui seul, le top 10 mondial pèse 29,7% du total des ventes du top 250.

Les Français bien placés

Et les Français ? Ils ne s’en sortent pas mal du tout ! Avec 14 entreprises placées, ils sont au niveau du Royaume-Uni et juste derrière l’Allemagne (17), qui compte 80 millions d’habitants. Derrière Carrefour, leader national, le groupe Casino fait une percée intéressante à la faveur des rachats complets de Monoprix et du brésilien GPA. Ces deux actions lui ont permis d’enregistrer une hausse de 11% à 63,4 Mrds $, soit un gain de 7 places dans le classement (13e). Surtout, il entre à la dernière place du top 10 mondial de la distribution alimentaire. Une belle consécration pour Jean-Charles Naouri, son PDG.

Leclerc n’a pas à rougir non plus. Malgré un réseau presque exclusivement national, il est 23e. Adeo (Leroy Merlin), le premier groupe non alimentaire, est à la 54e place (18,2 Mrds $). La Fnac fait son apparition directement à la 184e  place (4,9 Mrds $), à la faveur de sa sortie du giron de Kering, qui accuse un fort recul de chiffre d’affaires (- 18,5% à 6,7 Mrds $). Plus remarquable, HTM (Boulanger) s’appuie sur sa dynamique commerciale pour agripper la 248e place. Entre 2008 et 2013, cette enseigne de la galaxie Mulliez a vu son chiffre d’affaires croître de 19,1%.

Comme les années précédentes, les sites de vente en ligne affichent des croissances supérieures à la moyenne. Avec une hausse des ventes de 17,7%, le leader, Amazon, progresse d’une place au classement, mais la performance reste impressionnante. Au-delà de 60 Mrds $, les places deviennent chères ! La palme de la plus belle progression revient au pure player chinois JD.com, deuxième e-commerçant, avec + 66,2% et 10,8 Mrds $ de ventes. Créé en 1998, il est valorisé plus de 15 Mrds $. La troisième place du podium e-commerce revient à Walmart. Avec 29,9% de croissance (10 Mrds $), ses performances en ligne montrent que le géant récolte les fruits de sa mutation numérique tardive (2,1% du CA total). Plus inattendu, Leclerc est le 24e e-commerçant mondial grâce au drive.

Les disparités de croissance du chiffre d’affaires restent très fortes en fonction des zones géographiques. Avec 5,6% de taux croissance annuel moyen entre 2008 et 2013, l’Asie est dépassée de loin par l’Afrique, le Moyen-Orient (+ 15,2%) et l’Amérique latine (+ 11,9%). 

Malgré un environnement difficile, la distribution a fait preuve d’une grande capacité d’adaptation. 

Stéphane Rimbeuf, associé responsable consumer business chez Deloitte

 

Walmart presque cinq fois plus gros que Carrefour 

Top 10 des distributeurs mondiaux en 2013

Source : Deloitte

Walmart reste l’indétrônable leader, avec 476 milliards de dollars. Costco, deuxième, affiche l’une des plus belles performances de l’année. « En 2003, il était 9e au classement, se souvient Stéphane Rimbeuf, associé chez Deloitte. C’est un modèle très puissant, en progression continue. »

Casino entre dans le top 10 mondial de la distribution alimentaire 

Top 10 des distributeurs français et leur place dans le top 250 mondial en 2013 

Source : Deloitte

« Avec quatre groupes dans le top 25, la distribution française est très bien placée. Il faut aussi saluer l’entrée de la Fnac et de Boulanger dans le top 250 », explique Stéphane Rimbeuf, de Deloitte.

Le multicanal prend le pouvoir sur internet

Top 10 des e-commerçants mondiaux en 2013

Source : Deloitte

« La troisième place de Wal-Mart prouve que le multicanal est un bon modèle. En tout, 39 des 50 premiers e-commerçants ne sont pas des pure players », témoigne Stéphane Rimbeuf, de Deloitte. Grâce au drive, Leclerc se classe 24e mondial par le chiffre d’affaires en ligne.

Les nouveaux eldorados de l’Afrique et du Moyen-Orient 

Croissance des ventes et profitabilité par région/pays, en %, en 2013

Source : Deloitte

 

« L’Asie et le Moyen-Orient, c’est la zone d’avenir pour les prochaines années, analyse Stéphane Rimbeuf, de Deloitte. On assiste à l’émergence d’une classe moyenne sur des marchés soutenus par une bonne croissance démographique. »

Jean-Baptiste Duval

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2351

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous