Les geeks, c'est chic !

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Féru d'informatique, fan de superhéros, de SF... le geek est un expert dans ses domaines de prédilection. Ses connaissances sont telles qu'il devient un formidable prescripteur d'achat pour les marques et les distributeurs.

« Il a free, il a tout compris !» Derrière le spot télé du provider - fournisseur d'accès à internet - mettant en scène le personnage de Rodolphe, se cache en réalité toute l'essence du geek. Ce protagoniste, adulte prépubère aux goûts vestimentaires décalés, est un adepte d'informatique, de karaté, de science-fiction et de musique. Il est également peu doué avec les filles, mais arrive à les embrasser en leur « apprenant les langues ». Mais pourquoi mettre en scène un geek dans une pub télé ? Si Free ne souhaite pas communiquer sur sa stratégie et sur cette campagne télé, qui devrait s'arrêter dans quelques mois, l'objectif est loin d'être confidentiel. Il s'agit pour la marque de recruter en premier lieu les fans d'informatique pour qu'ils conseillent, par la suite, leurs amis et leur famille. Et c'est bien là tout l'intérêt du geek. Car il donne son avis - toujours très tranché - sans compter, à travers les forums et les blogs. Il n'hésite pas non plus à encenser une marque si elle lui plaît. On comprend, alors, tout l'intérêt pour les industriels de séduire cette cible particulière.

Qui sont-ils?

Le terme geek est un anglicisme, provenant de la contraction de l'onomatopée grrr (dégoût, mécontentement) et de freak (monstre de foire). L'origine du mot pourrait également venir du terme allemand geck, désignant un fou. Il n'en reste pas moins difficile d'obtenir une définition précise, d'autant plus que le terme et le profil évoluent. À l'origine, il s'agissait d'une personne - en majorité des hommes étudiants ou jeunes actifs de moins de 35 ans, comme l'est Rodolphe, le personnage TV de Free - passionnée d'informatique, de sciences, de mathématiques et de logique. Aujourd'hui, ce vocable englobe plus largement tous les fans de nouvelles technologies, de mangas, de science-fiction, de jeux, de cinéma de genre... Surtout, cette population tend à se féminiser.

Quels sont leurs centres d’intérêt?

- Les nouvelles technologies

À l'origine, le geek était un passionné surtout d'informatique puis, rapidement, il est devenu aussi un expert de technologie mobile et, plus largement, de tous les produits hi-tech. Apple restant, bien évidemment, la marque de référence

- Les jeux

Qu'il s'agisse de jeux vidéo ou en ligne, de jeux de rôles ou de stratégie sur plateau, le geek est un joueur invétéré. Parmi les incontournables, le mythique Halo 3 ou, plus récemment, Call Of Duty. Une passion qui les pousse même parfois jusqu'à se mettre dans la peau de leur héros préféré. C'est ce qu'on appelle les costume players.

- La culture

Comics, mangas, heroïc fantasy, science-fiction - en tête les films cultes comme Star Wars ou Star Trek -, cinéma de genre : horreur, série B, arts martiaux, science-fiction... il existe aujourd'hui une vraie et une vaste « culture » geek.

UN CLIENT PRIVILÉGIÉ

L'exemple le plus flagrant est celui des « Apple geeks », fans de Macintosh qui, pour rien au monde, ne changeraient leur iBook, leur iPod et/ou leur iPhone pour un autre équipement. D'ailleurs, la marque à la pomme prend particulièrement soin de cette cible au travers de ses Apple Store. Ces magasins, bijoux de design, sont pour les Apple geeks de véritables temples où ils peuvent tester tous les produits et disposer des conseils techniques adaptés à leurs connaissances.

Si Apple est très en avance dans la séduction de cette cible, elle n'est pas la seule. Intel, par exemple, organise depuis un an les soirées parisiennes « Geek so in ». Il s'agit d'une manifestation qui balaie l'ensemble des univers geek à travers la présentation des dernières innovations technologiques - parfois même des prototypes - incluant la technologie Intel : ordinateur portable, mobile, robotique, écran tactile... « Étant nous-mêmes une entreprise aux gènes de geek, nous voulions communiquer auprès de cette cible », explique Stanislas Odinot, consultant technique Intel qui a mis au point ces manifestations. Il reprend : « Suite à des micros-trottoirs que nous avions réalisés, nous nous sommes aperçus que le geek avait une image assez négative auprès du grand public, c'est-à-dire celle de l'informaticien à lunettes et boutonneux, qui n'a pas de vie sociale. Nous voulions donc redorer cette image. »

La promesse de la tendance

«Cible parfaite, mais très indépendante»

«La geek attitude est un phénomène générationnel. Les geeks actuels sont les jeunes adultes tombés dans l'informatique il y a une dizaine d'années et qui accèdent à des postes à responsabilités aujourd'hui. Ils sont désormais prescripteurs d'achat. Cette cible marketing semble parfaite pour une marque, mais il ne faut pas perdre de vue que le geek est très indépendant. Si son avis sur un produit ou une technologie est négatif, cela peut aussi influencer grandement les ventes. D'ailleurs, il est devenu courant que les marques fassent tester, voire valider, leurs produits technologiques par des geeks bien avant qu'ils ne sortent pour le grand public. »

JOUEUR INVÉTÉRÉ

D'ailleurs, aujourd'hui, le terme ne désigne plus seulement un simple adepte de l'informatique, mais une personne passionnée - de manière compulsive - par un domaine. C'est même très à la mode aujourd'hui d'être geek. Si le premier champ d'application de la « geekatitude » est la technologie avec internet, les mobiles et l'informatique, il peut également s'agir de jeux sous toutes ses formes, depuis le jeu vidéo, en passant par le jeu de rôles, le jeu en ligne... mais aussi, de plus en plus, par le cinéma de genre et la littérature (comics, mangas, heroic fantasy, science-fiction...).

Le geek ayant une fâcheuse tendance à collectionner les objets, les univers transversaux peuvent également bénéficier de sa compulsion d'achat. Ainsi, les Stars geeks (fans de Star Wars) les plus « accrocs » achèteront tous les produits dérivés de la licence : depuis l'édition collector du DVD, en passant par les rééditions de posters originaux des films, jusqu'au paquet de céréales contenant une figurine.

 

Où se retrouvent-ils?

À la limite autrefois de l'asocial, le geek est aujourd'hui un gros utilisateur de forums, de blogs et de réseaux sociaux, qui restent son principal mode d'expression. Les rassemblements sont finalement assez rares. Quelques marques comme Intel organisent depuis peu des soirées parisiennes. Depuis 2009, le Comic Con, « la » grande messe geek mondiale organisée aux États-Unis, a sa version française. Elle se déroule en même temps que la Japan Expo et représente finalement l'une des seules vitrines de la culture geek en France, avec la Blizzard Worldwide Invitational à Paris

SURCONSOMMATEUR D'INNOVATIONS

Du côté des distributeurs, également, on prend de plus en plus en considération cette cible, même si elle est un peu difficile à cerner, en tant que consommateur. Ainsi à la Fnac, le geek est considéré comme une personne férue de nouvelles technologies, avide de nouveautés. « Nous ne considérerons pas le geek comme un prescripteur d'achat, mais comme un client privilégié. Sa surappétence en matière d'innovation en fait une cible commerciale très intéressante, puisqu'il a tendance à renouveler ses équipements beaucoup plus fréquemment que la moyenne des Français », explique Lionel Garlan, directeur du développement des ventes des produits techniques à la Fnac, qui prévient : « Néanmoins, les geeks sont très bien informés sur les produits. Ce sont des experts dans leurs domaines. Toute la difficulté de leur vendre un produit est donc de leur en apprendre encore plus. Pour nos vendeurs, c'est à chaque fois un véritable défi. »

Si le terme de geek, et le profilage de la cible, sont d'actualité, ils semblent déjà évoluer. « On assiste à une féminisation de la cible grâce à la mode, au design, mais aussi à l'aspect accessoire des produits », conclut Lionel Garlan.

Carnet des décideurs

Gary Wipfler

Argentier, directeur des opérations internationales d'Apple Inc et gérant d'Apple France

Arthur D. Levinson

Arthur D. Levinson

Président non exécutif du conseil d'administration d'Apple

Andrew Greenland

Directeur finance de marché pour la zone EMEIA d’Apple

Yvan  Depierre

Yvan Depierre

Directeur financier d'Apple France

Jonathan  Ive

Jonathan Ive

Vice-président senior, en charge du design chez Apple

Paul  Deneve

Paul Deneve

Vice-président, en charge des projets spéciaux du groupe Apple

Johny  Srouji

Johny Srouji

Vice-président des technologies matérielles d’Apple

Denise  Young Smith

Denise Young Smith

Directrice des ressources humaines mondiales d’Apple

Lisa  Jackson

Lisa Jackson

Vice-présidente des initiatives environnementales d’Apple

Musa Tariq

Musa Tariq

Directeur du marketing digital du groupe Apple

Marie-Laure Daridan

Directrice des affaires institutionnelles d'Apple France

Angela  Ahrendts

Angela Ahrendts

Vice-présidente senior en charge des magasins et des ventes en ligne d'Apple

Luca  Maestri

Luca Maestri

Vice-président financier d’Apple

Peter Oppenheimer

Peter Oppenheimer

Vice-président senior et directeur financier d'Apple

Dan Riccio

Dan Riccio

Vice-président senior à la tête de l’ingénierie matérielle d’Apple

Bruce  Sewell

Bruce Sewell

Vice-président principal et avocat général au sein d'Apple

Jeff Williams

Jeff Williams

Vice-président senior d'Apple en charge des opérations

Philip W. Schiller

Philip W. Schiller

Vice-président marketing d'Apple

Eddy  Cue

Eddy Cue

Vice-président services logiciels et Internet d'Apple

Tim Cook

Tim Cook

Président-directeur général d'Apple

Steve Jobs

Steve Jobs

Co-fondateur d'Apple

Craig  Federighi

Craig Federighi

Senior vice president d'Apple

Steve Wozniak

Steve Wozniak

Co-fondateur d'Apple

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2136

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA