Les glaces Dagniaux contre les yaourts Danio

|

Une histoire de sonorité qui fait grand bruit. Une saisie d'huissier s'est déroulée ce matin dans un supermarché de Wasquehal (Nord) à la demande du glacier Dagniaux en raison de la commercialisation par Danone de la marque homonyme Danio.

Dagniaux en guerre contre Danio
Dagniaux en guerre contre Danio

Une affaire d’homonyme qui suscite, depuis plusieurs mois, la colère de Sébastien Van de Welde, PDG des glaces Dagniaux. Et ce matin, il est passé à l’action. Une saisie d’huissier s’est déroulée dans un supermarché de Wasquehal (Nord) en raison de la commercialisation des produits laitiers Danio de Danone. Selon le glacier, l'homonymie lui a fait perdre 15% du chiffre d'affaires prévisionnel de 2014 (environ 7,5 millions d'euros).

Phonétiquement semblable

Tout allait bien pour Sébastien Van de Welde, jusqu’à janvier 2014, date à laquelle Danone lance son un encas très consistant et riche en protéines, Danio. "Suite à ce dépôt de marque, on leur a envoyé un courrier pour leur demander gentiment de l'enlever, car ils sont phonétiquement semblables et que nous sommes tous deux sur les produits laitiers", a expliqué le président de la PME Dagniaux, créée en 1923. Après avoir reçu une fin de non-recevoir de la multinationale, le glacier du Nord a décidé de déposer la marque "Danaune" à l'Institut national de propriété intellectuelle (INPI). Danone menace alors à son tour de traîner en justice le glacier.

Perte de 40 % des ventes

Et à quelques semaines de Noel, la situation est catastrophique pour le glacier. Une centrale d’achat lui aurait annulé une commande de 130 000 bûches de Noël, soit 40 % de ses ventes et 12 % de son chiffre d’affaires, expliquant qu’il n’est pas possible de proposer deux produits différents sous le même nom. Selon lui, de nombreux acheteurs, qui voulaient continuer avec lui, lui ont demandé de changer de nom de marque. La PME souhaite saisir "le tribunal d'une demande en annulation de la marque Danio, sur les produits laitiers et yaourts glacés, ainsi que d'une action en concurrence déloyale", indique un communiqué. David contre Goliath.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter