Les grands chantiers qui attendent Carrefour… et inquiètent les syndicats

|

Réduction des effectifs dans les sièges, passage de magasins en location gérance, fermetures de certains points de vente. Autant de dossiers chauds qui pourraient secouer Carrefour, et sont autant de points d’inquiétude pour les syndicats. LSA fait le point sur les transformations attendues.

Le 7 décembre, la CGT manifestait devant le siège de Carrefour France à Massy, en prévision du plan drastique de transformation qui devrait toucher le distributeur
Le 7 décembre, la CGT manifestait devant le siège de Carrefour France à Massy, en prévision du plan drastique de transformation qui devrait toucher le distributeur© Morgan Leclerc

Ce 7 décembre, la CGT Carrefour mobilisait une partie de ses troupes à Massy devant le siège de Carrefour France avec un mot d’ordre: "alerter et sensibiliser les salariés sur le danger des mesures qui se trament". Ce mouvement de contestation intervient alors qu’Alexandre Bompard, pdg depuis cet été, a décalé au 23 janvier l’annonce du plan de transformation de Carrefour. Un plan qui n’a pas officiellement filtré, mais dont certains éléments se dessinent et qui cristallise les craintes des syndicats inquiets d’une vaste restructuration. "Ce report au mois de janvier, après les fêtes de fin d’année et les soldes (…) démontre le niveau d’attaque prévu" juge la CGT dans un tract distribué sur place. Du côté de la direction, on nous précise qu’aucun commentaire ne sera fait vis-à-vis de cette manifestation, ou du plan à venir. Car le sujet est très sensible socialement parlant, tant les dossiers sont nombreux. En voici une liste, non exhaustive.

La restructuration du groupe et du personnel :
"Il existe des dizaines de sociétés dans le groupe, et monsieur Bompard veut tout rationnaliser, et faire rapidement des économies sur l’administratif. Rien que sur le siège de Massy, qui emploie 4000 personnes, nous estimons à 1200 de nombre de suppressions d’emplois liées aux changements à venir" indique à LSA Philippe Allard, délégué syndicat CGT Groupe Carrefour. Et de citer plus globalement mesures de réduction du personnel, avec le passage des stations service en tout automatique (200 postes visés), la robotisation des entrepôts. Au total, le syndicat  "redoute la suppression de plus de 5000 postes" à l’échelle des différents services de Carrefour France (hypermarchés, supermarchés, proxi, services centraux, logistiques, etc.).

Le passage de magasins en location gérance :
Pour externaliser les magasins en difficultés, Carrefour ambitionne de passer plusieurs hypermarchés (voire des supermarchés) intégrés en location-gérance, en laissant le soin à leurs nouveaux propriétaires de redresser la barre. Présenté fin octobre lors d’un CCE, cette piste bien avancée a été présentée comme un "mode complémentaire" de gestion des magasins.
Carrefour n’a pas donné d'indications supplémentaires sur le nombre ou la localisation des hypermarchés cibles. Les magasins concernés par ce basculement emploient en moyenne entre 100 et 150 personnes, et un démarrage de ces transferts doit s’opérer à compter du mois de mars. "Ce faisant, les salariés perdent leur statut précédent, et certains avantages comme les tickets restaurants, les compléments de salaires. Il va y avoir de vrais problèmes de statut" explique Christine Gagnaire, déléguée syndicale CGT chez Carrefour Market, en pointant les disparités sur la participation, l'intéressement ou la prévoyance.

La fermeture de certains magasins
Souvent mentionnée, la fermeture de magasins déficitaires, notamment des hypermarchés revient comme un boomerang dans les scénarios des analystes financiers. Sans donner plus de détail, le syndicat explique que des fermetures de magasins sont prévues sur les supermarchés, la proximité et bientôt certains hypermarchés, "la direction ayant programmé la fin de plusieurs sociétés dans le groupe Super Azur, Superadour et Carrefour proximité France".

Le travail le dimanche :
Deux syndicats de Carrefour, majoritaires à eux deux (FO et CFE-CGC), ont signé le projet d'accord qui devrait permettre à Carrefour d'ouvrir des hypermarchés le dimanche matin. Ces ouvertures restent conditionnées à un accord au niveau local, avec 30 hypers identifiés comme prioritaires.

"La direction doit arrêter sa politique qui consiste à laisser couler des magasins afin de pouvoir justifier leur fermeture ou leur passage à la location gérance" insiste la CGT, également remontée sur le partage inégal de la valeur entre les actionnaires et les salariés. Le syndicat estime par ailleurs le nombre d’hypermarchés en difficulté à 40 sur un total de plus de 220. Et d’autres craintes émergent, comme celle de confier les espaces PCS (photo ciné son) des hypermarchés à des salariés du groupe Fnac Darty. Un scénario loin d’être impossible, dans la foulée de l’accord de partenariat à l’achat entre Carrefour et Fnac Darty annoncé mardi 5 décembre.

Inutile de préciser qu’avant de prendre la tête du distributeur alimentaire, Alexandre Bompard était tout simplement patron de Fnac Darty, ce qui lui offre une connaissance pointue des synergies envisageables. Pour le moment, ces points ne sont qu’hypothétiques, mais l’ampleur du travail à accomplir laisse planer des mouvements de choc. Rendez-vous dans un mois et demi.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter