Les grands distributeurs vont-ils déloger les e-commerçants ?

|

La question n'est pas saugrenue, car de leur côté et sur plusieurs familles de produits, les cybermarchands ont pris des parts de marché importantes. Reste à savoir s'ils sont ou non inexpugnables.

 
Cédric Halpern, consultant e-commerce chez Tioga Ventures estime que les grands distributeurs bousculeront les pure-players de l'internet, « le jour où ils appuieront sur le champignon ». Il ajoute d'ailleurs « qu'en 2008 et 2009, bon nombre d'enseignes encore absentes du Web vont se démasquer ». On pense entre autres à Monoprix à qui l'on prête un projet de supermarché en ligne avec préparation des commandes dans les magasins. Le projet pourrait voir le jour au premier semestre 2008.    
 
En face, les pure-players qui ont défriché le marché quand aucun distributeur du monde réel n'y croyait plus, défendent jalousement leur Toile. «Cela fait deux ans que les représentants de la distribution viennent nous rendre visite et que l'on s'attend à ce qu'ils déferlent sur le Net. Or ce n'est pas le cas. Ces entreprises sont de grosses machines qu'il est difficile de bouger », analyse Pierre Kosciusko-Morizet, le fondateur de PriceMinister.
 
Qui aura raison au final ? La vérité sera sans doute très différente d'une famille de produit à l'autre. Dans le textile ou le meuble des acteurs comme Zara, H&M, Ikea ou Conforama ont les  moyens de s'imposer. C'est encore plus vrai dans l'alimentaire où la foule de petits sites (fruits et légumes, bio, produits régionaux) risquent de souffrir du débarquement des enseignes d'hyper et de supermarché.
 
Mais dans d'autres domaines, le retard pris par les enseignes du monde physique semble plus difficile à combler. « Dans la high tech et le voyage, les grandes enseignes auront du mal à s'imposer », estime Olivier de la Clergerie, le fondateur de LDLC. C'est sans doute encore plus vrai sur le marché des contenus immatériels (musique, vidéo) ou pour certains services. « Internet a largement récupéré le marché du développement photo », rappelle Corinne Lejbowicz, directrice générale de LeGuide.com. La Fnac en a pris acte en fermant ses magasins Fnac service.
 
Sur tous les marchés où les sites marchands sont bien installés, les distributeurs du monde physique pourraient néanmoins réussir à s'ouvrir des accès.. grâce au rachat d'un pure-player. C'est ce que Casino a déjà fait en s'offrant Cdiscount et Auchan avec GrosBill.          
Olivier Bitoun

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.
X

Recevez chaque matin tous les faits marquants sur les stratégies digitales, omnicanales et e-commerce des distributeurs et sur les solutions technologiques conçues pour les accompagner.

Ne plus voir ce message