Marchés

Les grands hypermarchés contiennent l’hémorragie de parts de marché

|

Les grandes surfaces de plus de 6500 m² ont endigué la baisse de leurs ventes et de leurs parts de marché au cours des quatre derniers mois, révèle une étude SymphonyIRI. L’intensité promotionnelle explique en grande partie ce regain, qui s’effectue au détriment du hard discount.

Les dispositifs promotionnels permettent aux grands hypers de repartir de l'avant.
Les dispositifs promotionnels permettent aux grands hypers de repartir de l'avant.

L’arsenal promotionnel des hypermarchés fait mouche. Au cours des quatre derniers mois (juillet à octobre), la situation des grandes surfaces alimentaires de plus de 6500 m²  s’est redressée en termes de ventes comme de parts de marché, selon une étude SymphonyIRI.

Les 25 jours Auchan ou les efforts de Carrefour pour revenir dans la course, par exemple avec le mois Carrefour, ont stimulé les parts de marché, en hausse de 0,5 point ou plus sur plus de 20% des catégories. Un discours prix appuyé par des efforts permanents sur le fond de rayon, à l'image de la "garantie prix le plus bas" de Carrefour.

 

Sur le cœur de métier, à savoir les PGC, les grands hypers grignotent même 0,04 pt ces quatre derniers mois.  Ils ont ainsi regagné de la part de marché sur plusieurs rayons, DPH et épicerie. Ils restent toutefois en difficulté sur le secteur des boissons et des surgelés.

Un véritable retournement par rapport au premier semestre 2012, où les grands formats avaient énormément souffert, sous le feu croisé d’une conjonction de facteurs défavorables (difficulté du non-alimentaire qui pèse 1/3 du chiffre d’affaires, concurrence du drive, consommateurs voulant limiter les achats d’impulsion…).

Cette embellie des hypers se fait essentiellement au détriment d’un autre secteur considéré en crise, le hard discount. Un constat qui appelle SymphonyIRI à la prudence : « La santé reste néanmoins fragile et il n’y aura de véritable reconquête que lorsque les grands hypermarchés reprendront des parts de marchés sur les autres formats que sont les hypermarchés et les supermarchés. » Ce frémissement ne peut qu’être bien accueilli dans les grands hypers, alors que se profile la fin d’année et les fêtes. Des périodes propices aux occasions de re-fidéliser le client.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Recevez chaque semaine les actualités du marketing et de la communication online et offline des marques et des distributeurs.

Ne plus voir ce message