Les Hollandais plébiscitent les horaires tardifs

L'ouverture des magasins le soir a permis aux distributeurs hollandais d'améliorer leurs ventes. · En Allemagne, le bilan est plus mitigé. Texte:Décidément, le débat sur les heures d'ouverture des magasins ne cesse de rebondir en Europe. En Allemagne, le bilan est plus mitigé.

Chapo:· L'ouverture des magasins le soir a permis aux distributeurs hollandais d'améliorer leurs ventes. · En Allemagne, le bilan est plus mitigé.

Texte:Décidément, le débat sur les heures d'ouverture des magasins ne cesse de rebondir en Europe. Alors que l'Autriche a adopté, le 1er janvier, des horaires plus tardifs, les Pays-Bas tirent un bilan extrêmement positif de la réglementation entrée en vigueur en juillet. Ces conclusions tranchent avec l'attentisme qui semble prévaloir sur le marché allemand, lui aussi converti, depuis le 1er novembre, au shopping tardif.

Que constate-t-on en effet aux Pays-Bas ? Depuis le 1er juillet, les commerces ont le droit d'ouvrir de 8 à 20 heures, à quoi s'ajoute une nocturne par semaine, jusqu'à 21 heures. En outre, les municipalités peuvent autoriser l'ouverture le dimanche. Cette libéralisation a constitué une petite révolution dans ce pays où, traditionnellement, les magasins fermaient à 18 heures, voire 17 h 30 le samedi, et où le repos dominical était sacro-saint.
 

Des ventes en hausse de 3%

Elle a eu pour conséquence, selon le Bureau central du commerce des produits alimentaires (CBL), de doper les ventes des magasins qui accompagnent le mouvement. Si le chiffre d'affaires total des supermarchés a augmenté de 2,6% en un an, à 41,6 milliards de florins (129 milliards de francs), souligne cet organisme, celui des enseignes ayant choisi de rallonger leurs horaires a crû de 3%.

Autre conséquence heureuse de cet assouplissement : les consommateurs néerlandais font plus souvent leurs courses entre 18 et 20 heures. Le pourcentage est passé en six mois de 34 à 44%. Comme le souligne Jan Van den Broek, président du CBL, qui veut obtenir la liberté totale d'ouverture des magasins, y compris le dimanche, « l'allongement du créneau horaire est rentable et permet d'améliorer la gestion des supermarchés. » D'autant que les chaînes de distribution touchent ainsi une clientèle plus jeune. Les moins de 34 ans sont les plus nombreux à profiter de cette nouvelle plage d'ouverture dans un pays où l'on dîne habituellement entre 18 h 30 et 19 heures. Mais le nombre de personnes âgées acquises à cette nouvelle réglementation a également augmenté de 11%.

Dernier enseignement de l'enquête : les consommateurs, outre les achats habituels, achètent beaucoup plus de plats cuisinés, frais, sous vide ou surgelés. Ainsi, 16% des personnes interrogées reconnaissent délaisser les traiteurs et autres snack-bars pour les plats préparés en vente au supermarché.

Les commerçants allemands se montrent, en revanche, beaucoup plus circonspects, deux mois après la libéralisation intervenue le 1er novembre. Cette réforme n'a ni ravivé la consommation des ménages comme on l'espérait ni donné de coup de pouce aux ventes des détaillants, a concédé récemment le président de Karstadt, Walter Deuss, en sa qualité de président de la Fédération des grands magasins allemands, la BAG. « Les consommateurs ne changent pas du jour au lendemain leurs habitudes d'achat, d'autant que les transports en commun tardent à assurer une meilleure desserte des magasins le soir. »

Quelques grandes enseignes comme Tengelmann et Marks & Spencer se montrent pourtant satisfaites des récentes dispositions.

Allemagne : des habitudes difficiles à changer

Erivan Haub, patron de Tengelmann, constate que les magasins du groupe situés dans des centres commerciaux ou dans des rues commerçantes du centre-ville ont vu leurs ventes progresser sensiblement (de 10 à 40%) après 18 heures. Reste que ce changement capital (l'Allemagne est un des pays d'Europe qui garde les horaires les plus restrictifs) a du mal à rentrer dans les moeurs. Un espoir pourtant : la société de conseil BBE implantée à Cologne estime qu'une entreprise de distribution sur dix va étoffer ses effectifs pour s'adapter à la situation.

 


Encadré(s)

Les nouveaux horaires

AUTRICHE

· Date d'entrée en vigueur : 1er janvier 1997.

· Nouvelle réglementation : ouverture du lundi au vendredi de 7 h 30 à 19 h 30 et de 7 h 30 à 17 heures le samedi. Fermeture le dimanche. Total : 66 heures.

ALLEMAGNE

· Date d'entrée en vigueur : 1er novembre 1996.

· Nouvelle réglementation : ouverture de 6 à 20 heures du mardi au vendredi et de 6 à 16 heures le samedi. Fermeture le dimanche. Total : 80 heures.

PAYS-BAS

· Date d'entrée en vigueur : 1er juillet 1996.

· Nouvelle réglementation : ouverture entre 8 et 21 heures durant douze heures maximum en semaine, dix heures le samedi. Fermeture le dimanche sauf dans les villes touristiques. Total : 70 heures
Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 1522

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

Nos formations

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres