Les hypers progressent en alimentaire depuis le début d'année, les supermarchés en non-alimentaire [Infographie]

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Selon le baromètre Full Store Monitor réalisé conjointement par Nielsen et GfK publié en exclusivité par LSA, les ventes des hypermarchés depuis le début de l'année 2015 à P 4 (19 avril) sont en hausse de 1,8% sur les produits alimentaires mais en recul de -1% sur les catégories non-alimentaires. Les supermarchés présentent des chiffres curieusement opposés, reculant en alimentaire de -0,6% mais progressant en non-alimentaire de 0,9%. 

Depuis janvier 2015, les ventes en hypermarchés progressent sur l'alimentaire mais reculent en non-alimentaire. Une tendance inverse que chez les supermarchés.
Depuis janvier 2015, les ventes en hypermarchés progressent sur l'alimentaire mais reculent en non-alimentaire. Une tendance inverse que chez les supermarchés.© L Duarte

Trajectoires opposées ! C'est l'intéressant constat que dressent Nielsen et GfK dans leur baromètre Full Store Monitor qui analyse l'ensemble des ventes des hypers et des supermarchés en alimentaire comme en non-alimentaire à P 4 (19 avril 2015) : alors que depuis début 2015 les hypers continuent à voir leurs ventes progresser en alimentaire, les supermarchés sont en recul sur ces catégories. En revanche, ce dernier format progresse sur le non-alimentaire, contrairement aux hypermarchés. 

Le bricolage/jardinage signe la plus forte hausse depuis début 2015

Depuis janvier 2015, l'entretien et les liquides signent les plus fortes hausses des produits alimentaires vendus en hypers et en supers. Du côté du non-alimentaire, le bricolage/jardinage a repris des couleurs sur les premiers mois de l'année 2015, compensant les mauvaises ventes du début 2014 grevées par une météo difficile.

Le non-alimentaire toujours à la peine en cumul annuel

Les derniers chiffres du baromètre Full Store Monitor, arrêtés au 19 avril 2015, montrent également en cumul annuel les difficultés chroniques du non-alimentaire vendu en hypers et supermarchés : si, dans l'ensemble, les ventes reculent de -1,3%, cette baisse est plus marquée pour les supermarchés à cause d'un décrochage plus marqué de ce circuit sur le textile, la puériculture et autres.

 

 

Réagir

Pseudo obligatoire

Email obligatoire

Email incorrect

Commentaire obligatoire

Captcha obligatoire

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA