Les industriels à la rencontre des agriculteurs - Lay's [Épisode 5/11]

|

Dossier Alors que le Salon de l'agriculture n'ouvrira pas ses portes cette année, LSA est parti à la rencontre du monde agricole. Onze dirigeants de l'industrie des produits de grande consommation nous ont emmenés chez des agriculteurs dont ils sont partenaires. Cinquième épisode avec Olivier Péchereau, directeur général de PepsiCo France et Quentin Moilet, cultivateur dans la Somme qui approvisionne en pommes de terre les chips Lay’s. Les deux acteurs évoquent leur partenariat solide, mais aussi la loi Egalim et l’« agribashing ».

Quentin Moilet, exploitant dans la Somme et Olivier Péchereau, directeur général de Pepsi­Co France oeuvrent pour la pomme de terre française.
Quentin Moilet, exploitant dans la Somme et Olivier Péchereau, directeur général de Pepsi­Co France oeuvrent pour la pomme de terre française. © Sylvie Humbert

«Nous souhaitons, un jour, que toutes les chips Lay’s vendues en France soient fabriquées avec des pommes de terre françaises », affirme Olivier Péchereau, directeur général de Pepsi­Co France. Et pour y parvenir, il compte notamment sur Quentin Moilet, exploitant à Soyécourt, dans la Somme, et directeur général associé de la SAS Chipex. Une des terres les plus fertiles d’Europe avec plus de 10 mètres de limon sous les pieds ! Concrètement, PepsiCo achète ses pommes de terre en France à 16 fournisseurs, dont Chipex, qui travaillent avec 340 agriculteurs.

Et, de son côté, le négociant Chipex s’approvisionne avec 120 agriculteurs, dont 20 pour PepsiCo. Chipex est dirigée par la famille Moilet, qui détient également deux exploitations, l’une dans la Somme et l’autre dans l’Aisne (9 000 tonnes de pommes de terre au total). La famille Moilet a commencé à travailler avec la multinationale américaine en livrant le Portugal puis l’Espagne. En 2010, elle signe avec l’usine de Furnes en Belgique. Dix ans plus tard, 18 000 tonnes ont été livrées en 2020 et, cette année, l’objectif est d’atteindre les 28 000 tonnes ! En sachant que Furnes voit passer tous les ans 130 000 tonnes. « 36 % des volumes de Lay’s vendus en France se font avec des pommes de terre françaises, et ce ratio monte à 95 % pour la gamme traditionnelle Paysannes et À l’Ancienne », précise Olivier Péchereau. Ce qui n’est pas rien lorsque l’on sait que Lay’s, marque née en 1932 dans l’Ohio détient aujourd’hui 39 % de part de marché en France.

Honneur à la profession

Mais comment se déroulent les relations entre les deux parties ? « Nous avons une relation particulière avec Pepsi­Co. Nous ne travaillons pas seulement sur une simple fourniture de pommes de terre basiques, mais sur le long terme. Par exemple, en développant ensemble de nouvelles variétés », explique Quentin Moilet. Le négociant signe chaque année un contrat avec l’industriel, avec des prix et des volumes définis pour chaque mois. « Les prix ont augmenté depuis dix ans », note l’agriculteur. « Chipex est très impliqué avec nous », assure-t-on chez Pepsi­Co. « Depuis trois ans, nous avons lancé avec eux un vaste chantier sur la traçabilité des lots. Si nous travaillons avec un vrai cahier des charges, nous avons surtout de fortes relations », ajoute Quentin ­Moilet. « Nos huit salariés connaissent tous l’équipe agro de PepsiCo et nous allons régulièrement visiter l’usine de Furnes », poursuit-il.

Quant à la loi Egalim, elle n’a pas eu ici les résultats escomptés. « Elle n’a rien changé à notre travail. Vous pouvez toujours essayer de mettre un stop au milieu de l’autoroute : personne ne s’arrêtera. Et pensez-vous que, sur son tracteur, un agriculteur peut rédiger un contrat d’une dizaine de pages ? », peste Quentin Moilet. « La guerre des prix en GMS, qui est unique en Europe, m’inquiète. L’objectif d’Egalim était de l’arrêter. Cela ne marche pas, puisque nos coûts augmentent et que nos prix baissent. Cela ne peut plus durer, car nous souhaitons continuer à développer nos relations avec l’agriculture française et ses agriculteurs formidables », prévient Olivier Péchereau. Pour lui, la guerre de prix ralentit le processus d’industrialisation en France et les investissements de groupes étrangers. « Nos boissons sont embouteillées dans sept usines en France. Et pour les chips, nous espérons in fine qu’elles seront aussi fabriquées en France. »

Quant à l’ambiance actuelle, elle est pesante. « L’agribashing est détestable. Il faut rendre notre honneur à notre profession. Trop d’exploitants abandonnent leur métier. Autour de nous, trois agriculteurs se sont suicidés en cinq ans. Je vous assure qu’aujourd’hui il n’est pas simple de recevoir un journaliste , nous déclare Quentin Moilet. Cela me rend fou. Il faut peut-être se réinventer. Mais ça ne suffira pas. Tout le monde doit se poser les bonnes questions et arrêter de dire n’importe quoi. En trente ans, l’utilisation des phytosanitaires a été divisée par quatre ! »

Même son de cloche de Pepsi­Co. « Notre filière agricole est une filière d’excellence. Elle répond parfaitement aux attentes de qualité et de traçabilité. Et personne ne peut mettre en doute son savoir-faire », confirme Olivier Péchereau. Ni son implication. Et pour s’en convaincre, il suffit de se rendre à Soyécourt. Diplômé d’une école de commerce et d’un master en entrepreneuriat, Quentin Moilet, 28?ans, représente la septième génération de la famille à cultiver les terres de la Somme. Et malgré toutes les difficultés actuelles, il demeure optimiste et espère que son fils prendra le relais. Mais il n’a que… 3 mois.

Yves Puget, à Soyécourt

L’industriel PepsiCo France
  • CA 2020 : 1 Mrd €
  • 700 collaborateurs
  • 15 marques et 800 références
Le fournisseur SAS Chipex
100 000 tonnes de pommes de terre par an
120 agriculteurs, dont 20 pour PepsiCo

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2640

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres

X

Recevez chaque semaine l’actualité des marchés, des distributeurs et des fournisseurs de produits bio et responsables, alimentaires et non alimentaires.

Ne plus voir ce message