Marchés

Les industriels de l’alimentaire dénoncent un déni de négociation de la part des distributeurs

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

A la suite de la réunion qui s’est tenue à Bercy mercredi 11 février 2015, en présence des ministres Emmanuel Macron, Stéphane Le Foll et Carole Delga, l’ANIA estime que la grande distribution exerce une "pression insoutenable sur tous leurs fournisseurs". Avant d’ajouter : "Il est temps de sévir et de condamner les comportements abusifs et irresponsables de la Grande Distribution". Ambiance…

Pour Jean-Philippe Girard (Ania) : "Les pressions sur les fournisseurs se sont intensifiées".
Pour Jean-Philippe Girard (Ania) : "Les pressions sur les fournisseurs se sont intensifiées".© photos laetitia duarte

"Nous sommes face à une situation de blocage sans précédent lié au déni de négociation de nos clients", dénonce Jean-Philippe Girard, Président de l’ANIA (Association Nationale des Industries Alimentaires), dans un communiqué. "J’avais pourtant entendu le 23 octobre une volonté de la part des enseignes d’agir de manière plus responsable. Aujourd’hui, je constate sur le terrain des demandes et des comportements contraires à ces déclarations. Bien au contraire, les pressions sur les fournisseurs se sont intensifiées  et les mauvais comportements se sont multipliés".
Ce communiqué a été envoyé quelques heures après la réunion qui s’est tenue à Bercy mercredi 11 février 2015, en présence des ministres Emmanuel Macron, Stéphane Le Foll et Carole Delga. Une réunion qui n’a visiblement pas calmé les esprits.
Selon l’Association Nationale des Industries Alimentaires, "le durcissement de la guerre des prix a conduit à une dégradation de la rentabilité des enseignes de la distribution. La restauration de leurs niveaux de marge constitue dès lors la première motivation des alliances à l’achat, au mépris des dangers que cela fait porter sur l’ensemble de la filière alimentaire et des consommateurs".

De "mauvaises pratiques" 

Dans ce contexte tendu, les mauvaises pratiques et les abus se poursuivraient selon l’Ania qui fournit quelques exemples dans son communiqué :

  • Demandes de déflation abyssales, jusqu’à -18%
  • Demandes de compensation de marges rétroactives, jusqu’à 2013!
  • Non prise en compte des évolutions des coûts
  • Non-respect de la loi malgré les contrôles plus nombreux de la DGCCRF
  • Non-respect de la confidentialité des accords par des demandes orales d’alignement
  • Non-respect des salariés des fournisseurs

"Il reste 15 jours à la distribution pour passer réellement des paroles aux actes. L’ANIA appelle donc à nouveau toutes les enseignes à respecter la loi, à respecter les salariés de ses fournisseurs et à respecter un cadre de négociation plus vertueux", conclut Jean-Philippe Girard.

Réagir

Pseudo obligatoire

Email obligatoire

Email incorrect

Commentaire obligatoire

Captcha obligatoire

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA