Les Industries Alimentaires de Villemur échappent à la liquidation

|

Ancien fleuron de l’industrie alimentaire française, les établissements Brusson, devenus actuellement Industries alimentaires de Villemur, échappent provisoirement à la liquidation, mais vont poursuivre leur activité avec moitié moins de salariés. La société est en redressement judiciaire depuis décembre mais à l'agonie depuis longtemps. Le tribunal de commerce de Toulouse a décidé mardi de prolonger de deux semaines la période d'observation d'Industries alimentaires de Villemur (IAV). Sept procédures de licenciement sont en cours et IAV devrait continuer avec sept salariés ou même moins à produire les vermicelles "cheveux d'ange" qui faisaient autrefois la réputation de l’entreprise. Au début du XXème siècle elle était l’une des principales entreprises françaises de fabrication de pâtes et de produits céréaliers de régime exportés à travers le monde et a compté jusqu'à 700 salariés. Cette société a connu bien des problèmes dans les années 50 et le déclin s'est accéléré au début des années 2000. L'usine est passée de repreneurs et repreneurs, jusqu'à la reprise par l'espagnol General Bakery en 2010. Après avoir fabriqué aussi des brioches ou des pâtes au gluten, l'usine ne produisait plus jusqu'à récemment que des vermicelles "cheveux d'ange", commercialisés par Panzani sous la marque Supralta Brusson Jeune.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter