Les jeux et jouets stars de la rentrée 2008

|

TENDANCE - Sans surprise, les licences seront toujours incontournables dans les cours de récréation. Il n'empêche, une bonne innovation, même sans signature célèbre, peut faire recette.

Le jeu - ou jouet - idéal de la rentrée est de petite taille et se glisse dans la poche. Il est à l'effigie d'un héros, coûte moins de 10 E et est sérieusement dopé à la vitamine cinématographique. S'il réunit toutes ces conditions, il a des chances de figurer au palmarès des meilleures ventes. Il arrive même que certaines licences un peu moins portées par l'actualité obtiennent des scores tout à fait honorables. Selon les derniers chiffres de la société NPD, l'effet Pokémon perdure, elle a été la licence la plus vendue au cours des cinq premiers mois de l'année. Les autres gagnantes s'appellent Dora, Cars, Winnie ou Spider-Man. « Les ventes des licences pour les garçons comme Pokémon ou Yu-Gi-Oh ! sont toujours très fortes lors de la rentrée des classes, et il n'y a aucune raison pour que cela change en 2008 », confirme Laetitia Hugonnet, acheteuse chez King Jouet.

Des valeurs sûres

Du côté des jeux, les vedettes restent les cartes stratégiques, dont le chiffre d'affaires a progressé de 72 % entre janvier et mai, et les figurines d'action de 32 %. « Les cartes Yu-Gi-Oh ! fonctionnent bien, mais les produits Pokémon encore mieux, car ils visent des enfants plus jeunes et plus facilement pris par une frénésie de collections », constate Franck Mathais, porte-parole de La Grande Récré.

Si la rentrée post-estivale est loin de valoir le colossal business de Noël, elle est l'occasion de profiter du flux de clients généré en magasins par les achats scolaires. « Bon an mal an, le gros des affaires est réalisé à Noël, mais les marques et les distributeurs peuvent enregistrer une forte croissance s'ils mettent en avant les jouets à la rentrée et profitent du trafic exceptionnel qui démarre dès la mi-août », analyse Yves Cognard, directeur du marketing de Hasbro.

Pour le concurrent Mattel, septembre sera le moment d'initier Noël dans les médias et dans les magasins spécialisés, notamment avec Barbie. Les deux géants du jouet sont fin prêts pour lancer leurs troupes dans la bagarre de la rentrée. La campagne publicitaire de Hot Wheels sera diffusée dès la fin août. « Hot Wheels est une marque très bien adaptée à cette période de l'année, car les véhicules sont vendus à petits prix. Ils entrent tout à fait dans la catégorie des achats d'impulsion. Grâce à la diversité des modèles, nous voulons susciter l'envie de les collectionner », explique Arnaud Roland-Gosselin, directeur du marketing de Mattel.

Pour conquérir les garçons, le fabricant mise aussi sur Batman, qui pourrait se hisser au panthéon 2008 en raison de l'actualité. « Batman devrait atteindre 17 % des ventes de figurines d'ici à la fin de l'année », assure Arnaud Roland-Gosselin. Face à Batman, Star Wars ne fera pas non plus pâle figure : lancement massif de sabres laser et de figurines, théâtralisation en magasins, PLV, box, palette, campagne publicitaire à partir de la mi-août et, cerise sur le gâteau, mise en rayon du casque Clone Wars, qui transforme la voix et émet des sons. « Il faut le temps que les produits s'installent. Je mise sur Clone Wars pour Noël plutôt qu'à la rentrée », temporise Franck Mathais. « Star Wars peut obtenir 15 % du chiffre d'affaires des figurines d'ici à décembre », estime Yves Cognard. Le deuxième bazooka de Hasbro est Transformers, avec la sortie de « Transformers Animated » en septembre. De quoi, espère le fabricant, réaliser une part de marché équivalente à celle de Star Wars.

Ne pas oublier les fillettes

Bien que les fabricants et les distributeurs s'accordent à dire que la rentrée sera d'abord placée sous le signe des jeux pour les garçons, les filles ne sont pas oubliées, qu'il s'agisse ou non de licences. Mattel compte sur les petits animaux et poupées Polly Pocket, dont les ventes auraient progressé de 16 % en valeur entre janvier et mai.

Face à lui, Hasbro, avec les peluches et figurines Littlest PetShop non moins tentantes pour les fillettes. « Depuis deux ans, cette marque a radicalement changé le marché pour les petites filles », affirme Yves Cognard. Comme les garçons, celles-ci aiment emporter les figurines. Les classiques comme Dora l'exploratrice et Charlotte aux Fraises restent de bonnes valeurs, même si cette dernière est en perte de vitesse. Mattel lance aussi sa petite bombe avec Barbie Petites Club, des minipoupées dans un bijou, avec une gamme large et des prix sages (5,15 E environ l'unité) propres à encourager l'effet collection, d'autant qu'elles ont un nom et un numéro. Elles peuvent créer l'événement à la rentrée. Star Wars, Batman, Littlest PetShop, Polly Pocket et Barbie Petites Club, voilà les étoiles qui défileront dans les cours d'écoles.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2053

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous