Marchés

Les leaders des PGC portés par les pays émergents

|

L'année 2011 a été difficile d'un point de vue économique pour l'ensemble des groupes de produits de grande consommation. L'Oréal, Danone et Nestlé, qui ont présenté leurs résultats annuels, ont vaincu la tempête, grâce, entre autres, à la forte croissance des nouveaux marchés.

Paul Bulcke, CEO de Nestlé
Paul Bulcke, CEO de Nestlé© DR

«Une année complexe. » « Un contexte économique incertain. » « Des conditions difficiles. » Lors des présentations de leurs résultats annuels, les dirigeants de Nestlé, Danone et L'Oréal ont été honnêtes : oui, la crise s'est fait ressentir en 2011. Mais après les quelques déclarations faites sur la mauvaise conjoncture mondiale, place aux discours élogieux. Les résultats sont qualifiés de phénoménaux, au point de dire que 2011 ferait même partie des années records ! Et les rapports financiers valident ces dires : un chiffre d'affaires de 69 milliards d'euros pour Nestlé, en croissance de 7,5% (dont 3,6% dus à l'effet prix) ; de 20,3 milliards d'euros pour L'Oréal, en hausse de 5,1%, et de 19,3 milliards pour Danone, en progression de 7,8%. Les raisons de ces performances exceptionnelles : les pays émergents, véritables viviers de croissance.

 

Croissances à deux chiffres

« Dans toutes les divisions, l'internationalisation se poursuit », confie Jean-Paul Agon, PDG de L'Oréal. En effet, les nouveaux marchés du groupe (Asie-Pacifique, Europe de l'Est, Amérique latine, Afrique et Moyen-Orient) enregistrent une progression des ventes de 9,5%. Du côté de Nestlé, le pôle Asie-Océanie-Afrique est en croissance de 11,9%. « Malgré les troubles dans certains pays, comme la Côte-d'Ivoire et l'Egypte, la zone est restée concentrée sur l'extension des réseaux de distribution, pour desservir le million de petits magasins supplémentaire en 2011, explique Paul Bulcke, administrateur délégué de Nestlé. Par ailleurs, nous avons investi dans l'extension de lignes de production et la construction de nouvelles usines. »

Enfin, pour Danone, l'Asie explose à + 20,1%, pour + 13,3% pour le reste du monde, avec, au global, 60% de la croissance réalisée par seulement six pays (États-Unis, Brésil, Argentine, Russie, Chine et Indonésie).

 

Essentielle Europe

Cependant, si les nouveaux marchés se développent à une vitesse fulgurante, le Vieux Continent, qui engendre toujours une partie non négligeable du chiffre d'affaires de chaque groupe, reste un marché essentiel.

Chez Nestlé, l'Europe est encore génératrice de cash, avec une croissance de 4% : « Tous les marchés de cette zone ont surmonté les conditions économiques difficiles pour réaliser 1,8% de croissance interne réelle », indique Paul Bulcke. Chez Danone, la croissance en Europe de l'Ouest est également au rendez-vous, avec une progression de 2,4%. Seul L'Oréal ne gagne qu'un maigre 0,6% sur cette zone. « L'Europe de l'Ouest est dynamisée par le maquillage Maybelline et par L'Oréal Luxe, avec une bonne progression des parts de marché en France, en Allemagne et au Royaume-Uni. Cependant, la situation est plus délicate en Grèce et au Portugal », confie Jean-Paul Agon.

 

Une bonne gestion des prix

Dans la beauté, les boissons, les produits laitiers ou encore l'épicerie, les groupes ont ainsi réussi à bien terminer l'année dans les marchés matures. Ils ont activé, entre autres, le levier de l'innovation pour faire croître les catégories, mais ont également effectué un retour aux basiques. Par ailleurs, ils ont également dû gérer la forte hausse des coûts des matières premières et ont réussi à faire des économies d'échelle afin de ne pas répercuter ces augmentations sur les prix. Par exemple, Danone, qui a subi une forte croissance du cours du lait, n'a augmenté ses tarifs en magasins que de 2 %. « Nous avons eu la capacité de gérer les prix. Nos yaourts ne s'appellent pas Gucci ! », explique Franck Riboud.

Si l'année 2011 se termine sous de bons auspices, de nouveaux défis attendent les industriels en 2012. Et malgré une situation qui sera de nouveau délicate à vivre en Europe, ces derniers sont particulièrement confiants. Danone compte dépasser les 20 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 2012 en tablant sur une croissance de 5 à 7 %. Quant à L'Oréal, Jean-Paul Agon, estime « être bien armé pour réaliser une nouvelle année de croissance ».

L'ORÉAL PORTÉ PAR LES NOUVEAUX MARCHÉS

LES CLÉS DE LA RÉUSSITE

  • Le pôle luxe + 8,2% de croissance, à 4,8 Mrds € ? Les produits grand public + 4,5%, à 9,8 Mrds €, porté par Maybelline et L'Oréal Paris
  •  La forte croissance des nouveaux marchés + 13% pour l'Asie-Pacifique, + 13,2% pour l'Amérique latine, tandis que l'Europe de l'Ouest tâtonne à + 0,6% Chiffre d'affaires 2011 à données comparables 20,3 Mrds € + 5,1% Résultat d'exploitation 3,2 Mrds € + 7,7% Marge brute 71,2% du chiffre d'affaires + 0,4%

 

DANONE RÉUSSIT SUR TOUTES LES ZONES

LES CLÉS DE LA RÉUSSITE

  • L'explosion du pôle eaux + 15,7% de croissance, à 3,2 Mrds €, dus à un climat doux, à l'accélération des aquadrinks et à la performance en Europe et dans les émergents
  • La forte croissance de la zone Asie + 20,1 %, à 2,8 Mrds E, mais l'Europe, qui représente 38% des ventes, enregistre une très bonne croissance dans un contexte de crise (+ 2,4%, à 10,8 Mrds €) Chiffre d'affaires 2011 à données comparables 19,3 Mrds € + 7,8% Résultat opérationnel courant 2,8 Mrds € + 9,2 % Marge brute 14,72% du chiffre d'affaires + 0,2%

 

NESTLÉ PROGRESSE DANS SES CATÉGORIES CLÉS

LES CLÉS DE LA RÉUSSITE

  • Les trois pôles performants Nestlé Water + 5,2%, à 5,4 Mrds € Nestlé Nutrition + 7,3 %, à 5,9 Mrds € Autres (dont Nespresso) + 11,4%, à 10,3 Mrds €
  • La croissance dans tous les pays + 4% en Europe, + 6,2 % dans les Amériques, + 11,9 % pour Asie-Océanie-Afrique Chiffre d'affaires 2011 à données comparables 69 Mrds € (83,6 Mrds CHF) + 7,5% Résultat opérationnel courant 10,3 Mrds € - 1,1 % Marge opérationnelle 15% du chiffre d'affaires + 0,6%

 

FRANCK RIBOUD, PDG de Danone

« Avec notre métier, nous devons être des combattants et nous ne pouvons pas nous cacher derrière la crise. »

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter