Marchés

Les licences stars de la télévision sortent du petit écran

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

D & Co, Top Chef, Master Chef, The Voice… Les licences issues du petit écran ont le vent en poupe. Principal atout : touchant une cible de téléspectateurs plus adulte, elles permettent de développer d’autres produits dérivés que les seuls jouets.

FLACON PARFUM MISS FRANCE.jpg
FLACON PARFUM MISS FRANCE.jpg© photos dr

Un véritable cas d’école : déclinée en licence en 1990, Ushuaïa est encore aujourd’hui la marque la plus rentable pour TF1. « C’est même avec elle que nous avons créé notre département de licensing », rappel­le Hubert Taieb, directeur général adjoint de TF1 Entreprises, en charge des licences. Le nom de l’émission animée par Nicolas Hulot regroupe encore aujourd’hui une douzaine de licenciés et se décline en produits d’hygiène avec Lascad (L’Oréal) – partenaire historique de la mar­que –, mais aussi en papeterie, textile, chaussures, produits d’édition et même en accessoires de salle de bains ! Un tour du monde de la licence…

« C’est avec la déclinaison en licence de notre émission Ushuaïa que TF1 a créé son département licensing. Aujourd’hui, cette marque reste la plus rentable pour le groupe, malgré l’arrêt de sa diffusion sur TF1 en 2012. »

Hubert Taieb, directeur général adjoint de TF1 Entreprises, en charge des licences.

 

À l’assaut des tablettes

Marques cautions et gages de visi­bilité en rayon, les licences issues des émissions de télé foisonnent en magasins. Un exercice dans lequel excelle TF1, qui décli­ne non seulement ses ­program­mes pha­res, comme actuellement Master­Chef ou The Voice, mais aussi ses jeux, tels Les 12 Coups de midi, Money Drop ou encore Vendredi, tout est permis. Pour cette fin d’année, la chaîne déploie même son émission jeunesse TFou en licence avec la sortie de la TFouTab’, une tablette pour enfants embarquant divers jeux et activités pédagogiques et permettant aussi d’accéder en replay automatique à tous les dessins animés diffusés par la chaîne. Après la sortie l’an dernier de celle de Gulli et, cet automne, de celle de Nickelodeon, les télévisions montent au créneau de la tablette !

23,6 % La part des licences dans le chiffre d’affaires des jeux et jouets entre janvier et fin août 2014

+ 8 % en valeur (contre + 5 % pour l’ensemble du marché des jeux et jouets)

Source : NPD

 

« Programmes lifestyle »

M6 n’est pas en reste sur le licensing et décline ses programmes hors du petit écran, à l’instar de Top Chef, D&Co, Un dîner presque parfait mais aussi L’amour est dans le pré, Turbo, E=M6 et même ses saynètes Scènes de ménages. « Dès 2007, nous avons commencé à décliner en licence des programmes “lifestyle” plutôt ciblés sur les adultes avec D & Co », explique Charlotte Gay, directrice commerciale en charge des ­licences chez M 6 Créations, qui vient de lancer les premiers produits dérivés issus de sa nouvelle émission Cousu main, axée sur la couture.

Tout programme télé peut-il faire licence ? « C’est une caution qui rassure les consommateurs et offre une meilleure visibilité au produit en rayon. Ainsi, lors de l’arrêt des ampoules à incandescence, nos références à économie d’énergie E=M6 ont été un vrai repère dans le rayon. Du coup, nous avons étendu la licence avec Mac Lesggy l’an dernier à des guirlandes de Noël électriques où, là aussi, les clients ont besoin d’être rassurés », poursuit Charlotte Gay.

Reste cependant quelques règles à respecter : « Il faut que l’émission soit axée sur des thématiques porteuses, comme la cuisine ou le sport, et déclinée sur des produits cohérents avec une charte graphique complète, mais qui laisse aussi des marges de créativité aux fabricants », énumère Hubert Taieb. Dernière clé de succès : une diffusion régulière en télévision s’impose. Sauf exception, comme dans le cas d’Ushuaïa, dont la diffusion s’est arrêtée en 2012 sur TF1 et en 2014 sur Ushuaïa TV. Un cas d’école, vraiment ! 

Véronique Yvernault

Money Drop sur un plateau

Filiale de TF1, TF1 Games s’est spécialisée dans l’adaptation des shows télévisés en jeux de plateau, tel Money Drop.

 

Scènes de Ménages au lit

M6 décline Scènes de Ménages en pantoufles et parures de lit, illustrées de répliques cultes comme celle du grognon Raymond : « je ne ronfle pas, je module des basses ». 

 

Miss France au parfum

Licence atypique gérée par TF1 avec une seule émission par an, Miss France signe notamment deux parfums Inessance (Sarbec).

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA