Marchés

Les macarons faits maison, c'est bon

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

DossierIls n'existaient pas prêts à l'emploi. Alsa s'y est risquée avec des macarons faits maison en trente-cinq minutes. Les résultats sont là, avec un chiffre d'affaires qui pèse plus du double de l'objectif initial.


C'est beau, c'est rond, c'est mignon. Ladurée l'a révélé, Pierre Hermé l'a sublimé, Alsa le démocratise. Les moines qui ont inventé ce petit gâteau il y a plusieurs siècles, en hommage à leur nombril, n'en reviendraient pas. Aujourd'hui, avec Alsa, pour réussir ses macarons, il suffit de deux sachets, un pour le fourrage, l'autre pour la coque, trente-cinq minutes de patience, et le tour est joué.

Plus précisément, il suffit de faire bouillir 100 ml de lait, d'y ajouter le premier sachet puis de mettre la préparation au frais. Seconde étape : battre les oeufs en neige, les mélanger au deuxième sachet, puis faire douze petits tas sur la plaque de four. Une petite demi-heure, donc, et hop les petits ronds croquants à l'extérieur et fondants à l'intérieur sont prêts à déguster. Oubliée, la délicate étape de séchage pendant laquelle la cuisinière consciencieuse devait attendre une nuit avant que le dessus ne craquelle... Dans neuf cas sur dix, le macaron se réduisait à un petit tas informe et tout juste mangeable.

 

Un parfum de réussite

Il a fallu deux ans aux services de recherche et développement d'Alsa pour accoucher d'une recette simple à faire soi-même. « Nous avons attendu le bon moment pour sortir ces macarons, raconte Sylvain Giroux, chef de produits Alsa. Nous avons profité de l'engouement pour les macarons, qui pourraient bien devenir le dessert préféré des Français d'ici à quelques années. » Pour l'heure, les consommateurs plébiscitent les glaces pour leurs fins de repas.

Alsa a également dû s'y reprendre à deux fois pour réussir le goût chocolaté. La marque d'Unilever se targue de proposer un chocolat à 58 % de cacao et un produit sans colorant ni conservateur. Un minimum pour ressembler à du fait-maison.

Le pari, osé - tant le macaron bénéficie d'une image plutôt valorisante -, a réussi. « Le produit est entré dans le top 5 des desserts à préparer en valeur, et dans le top 15 en volume », se réjouit Sylvain Giroux. Sur les desserts à préparer en hausse de 4,9 % à fin novembre 2010 en valeur, hors hard-discount, selon Nielsen, les macarons façon Alsa ont pris 5 % du marché en quelques mois seulement, la version au chocolat ayant été lancée en janvier.

Le lancement des parfums framboise et café, prévu initialement en janvier 2011, a été avancé à août, tant les chiffres étaient positifs. « En fin d'année, nous atteindrons des ventes de 2 millions d'euros, le double de notre objectif », précise Sylvain Giroux. Les coffrets de Noël sont prêts : des pyramides de macarons choco-framboise dignes de faire tourner la tête de Kirsten Dunst, la Marie-Antoinette de Sofia Coppola qui en raffolait sur grand écran.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA