Les manifestations agricoles se poursuivent en Bretagne et dans le Sud-Ouest

|

Dossier Les exploitants agricoles ne relâchent pas la pression ce mercredi 3 février 2016 dans certaines régions du Sud-Ouest et de Bretagne, après les nombreuses manifestations partout en France hier.

Les tracteurs bloquent les axes routiers et déversent des détritus depuis plusieurs jours.
Les tracteurs bloquent les axes routiers et déversent des détritus depuis plusieurs jours. © LAETITIA DUARTE

La rédaction vous conseille

La pression va-t-elle retomber, après l’entrevue du président de la FNSEA, Xavier Beulin, et le président de la République, François Hollande, hier mardi 2 février 2016 ? Ce mercredi, en tous les cas, la presse régionale fait encore état de nombreuses actions en cours. A Landerneau, dans le Finistère, ce sont les locaux de la Mutualité sociale agricole et de Groupama qui ont été pris pour cible, dans la nuit. La veille, à Saint Lô, dans la Manche, les CRS ont chargé les manifestants, et le préfet de la Manche a porté plainte pour les dégradations. Le calme semble revenu.  C’est le premier département laitier de France, où se trouvent notamment les sièges des Maîtres Laitiers du Cotentin, l’usine de fromages de Lactalis à Sainte-Cécile ou encore l’usine de Condé-sur-Vire d’Agrial. Il y a également eu de très importantes manifestations dans le Nord, à Boulogne notamment. 

Dans le Sud Ouest, des manifestations sont à nouveau prévues ce jour à Périgueux et Bergerac, devant les préfectures, et des délégations d’agriculteurs doivent être reçus par le préfet de Périgueux dans l’après midi. Depuis deux jours, dans cette région, des barrages filtrants ont été mis en place auprès des hypermarchés, notamment les Leclerc de Pinheuil et de la Cavaille, les manifestants cherchant à peser sur les négociations commerciales en cours pour les prix du lait notamment. La situation de crise sanitaire pour la volaille ajoute aux difficultés du secteur.

En attendant les réponses du Président de la République

En Bretagne, les manifestants qui occupaient les routes en début de semaine dans la région de Vannes, promettent de viser les grandes surfaces à partir de jeudi, là encore pour peser sur les négociations commerciales en cours. « Nous conseillons à nos concitoyens de faire leurs provisions très vite. La fin de semaine risque d’être perturbée», a lancé un syndicaliste dans le quotidien Ouest-France. Les perturbations risquent de durer, jusqu’au Salon de l’Agriculture, fin février, mais elles semblent désormais plus sporadiques. "Quand des producteurs perdent jusqu'à 6 000 euros par semaine, ne me demandez pas de leur demander de rentrer", avait plaidé Xavier Beulin, à la sortie de son entrevue avec François Hollande, alors qu'on lui demandait si les manifestations allaient se poursuivre. Juste avant le Salon, le président de la République devrait faire de nouvelles annonces - probablement de nouvelles réductions de charges pour les éleveurs.

 

 

 
Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA