Marchés

Les MDD innovent « durable »

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Lors du dernier salon MDD-Expo, qui s'est tenu du 3 au 4 avril à Paris, de nombreuses innovations misaient sur le développement durable, un axe toujours porteur.

«En matière de développement durable, le cahier des charges des distributeurs est de plus en plus pointu, explique un spécialiste des MDD. Cela nous incite à regarder l'ensemble du cycle de vie d'un produit et non la seule réduction d'emballage. » Message reçu chez Meralliance, qui profitait du salon MDD-Expo pour montrer son emballage écoconçu pour le saumon fumé. 58% plus léger que le pack traditionnel, il rejettera 133% de CO2 en moins dans l'atmosphère. En effet, la plaque carton qui supporte le poisson est plus légère et, comme elle est isolée du poisson par un film, elle peut être déposée dans la poubelle des matériaux recyclables.

Chez Refresco, le spécialiste des boissons non alcoolisées sous MDD et pour le B to B, on veille à réduire le taux de sucre et à privilégier le PET recyclé (R-PET). « En 2006, nous avions été l'un des premiers à utiliser ce matériau, évoque Vincent Delozière, directeur général de Refresco France. En 2010, nous sommes passés de 25 à 50% de R-PET pour l'ensemble de nos bouteilles. » Cette initiative, parmi d'autres, a permis à l'entreprise de recevoir quelques prix et trophées sur le développement durable.

Cette année, Refresco présentait notamment un energy drink en bouteille opaque de 1 litre, un format inédit en France. Du côté de LSDH (Laiterie Saint-Denis de L'Hôtel), les vitrines étaient pleines de boissons naturelles comme des laits végétaux à base de quinoa, de sarrasin ou de noisette. L'entreprise dirigée par Emmanuel Vasseneix a aussi fait goûter des boissons à base d'eau de coco, désaltérantes et toniques. En effet, elle est peu calorique et riche en minéraux tels que potassium, calcium ou chloride.

 

« Les produits de demain »

Le pôle industriel des Mousquetaires a réédité cette année son défi des 100 nouveautés. L'an dernier déjà, les salariés des 60 usines de ce pôle s'étaient lancés dans une vaste compétition afin d'« inventer les produits de demain ». À l'arrivée, sur 82 idées, 19 produits sont en magasins. « Cela devrait représenter un chiffre d'affaires de 3,3 M E pour 2 000 tonnes de produits », assure Christophe Bonnot, responsable du pôle. En 2012, 88 propositions ont été retenues. Dont un jus de cranberry sucré à 100 % à la stévia (ce qui évite au passage de payer la taxe soda), des petits pains grillés aux abricots rouges du Roussillon ou au miel de Provence, ou une gamme de légumes bio en conserve. Ce deuxième défi a été supervisé par un jury d'experts comptant Xavier Terlet, président de XTC World Innovation, Cécile Vaesen, fondatrice de Respons Conseil, spécialisé dans le conseil en innovations sociétales, et Nathalie Hutter Lardeau, nutritionniste et auteur du livre Mince alors.

Les Mousquetaires ont également le souci d'innover « durable ». Les Celluloses de Brocéliande, l'unité spécialisée dans l'hygiène féminine, a ainsi remplacé l'emballage carton de ses produits par du film imprimé en polyéthylène, un matériau 100% recyclable.

 

Du saumon bien emballé

 

Jusque-là, l’emballage entourant du saumon fumé filait directement dans la poubelle des déchets ménagers. Meralliance a réfléchi à une solution globale pour mieux trier cet emballage. Elle consiste en une plaque de carton vierge sur laquelle est appliqué un film fin, non imprimé, cela avant la dépose du saumon. Ainsi isolé du poisson, le carton, est recyclable.

 

 

l’eau de coco est tendance

 

La Laiterie Saint- Denis de L’Hôtel propose une boisson saine et peu calorique, l’eau de coco. Pour ceux qui ne l’apprécient pas, LSDH a imaginé des eaux de coco additionnées de deux jus de fruits : mangue et passion ou ananas et banane. Des boissons désaltérantes moins fades que l’eau de coco seule.

 

 

Énergie au litre

 

Refresco s’est inspiré du marché allemand sur lequel les boissons énergisantes sont vendues en grand format, un peu plus écolos que les petits. Ce spécialiste des boissons sans alcool lance donc un energy drink en bouteille de 1 l alors que le marché français privilégie la canette de 50 cl.

 

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA