Marchés

Les Mousquetaires sortent d'un coup 100 innovations

|

Les 60 usines des Mousquetaires ont travaillé de concert selon huit orientations, allant de l'éthique au snacking, en passant par le plaisir ou la santé. Morceaux choisis.

Le cobia est encore confidentiel. Les Mousquetaires le feront connaître sous sa forme fumée. C'est une espèce de poisson pélagique (de haute mer) élevé en Amérique du Sud. Comme sa croissance est rapide, il demande peu d'énergie pour son élevage. Les Japonais l'apprécient pour sa chair réputée ferme. La filiale, Moulin de la Marche, le produira.
Le cobia est encore confidentiel. Les Mousquetaires le feront connaître sous sa forme fumée. C'est une espèce de poisson pélagique (de haute mer) élevé en Amérique du Sud. Comme sa croissance est rapide, il demande peu d'énergie pour son élevage. Les Japonais l'apprécient pour sa chair réputée ferme. La filiale, Moulin de la Marche, le produira.©

De 3 milliards d'euros en 2010 à 4 milliards d'euros de chiffre d'affaires à l'horizon 2015. Telle est l'ambition des Mousquetaires pour l'évolution de leur activité industrielle. Comment ? En commercialisant leurs produits dans la restauration comme dans les autres enseignes françaises et européennes. Pour cela, le groupement a demandé, sous forme de défi, aux équipes de ses 60 usines de proposer des innovations répondant à huit orientations : l'éthique, la santé, l'ethnique, le développement durable, le plaisir, le snacking, la praticité et le terroir. C'était en novembre.

Pari réussi en quatre mois et présenté sur le salon MDD, qui a fermé ses portes le 30 mars. Une centaine d'innovations pouvaient être goûtées sur le grand stand des Mousquetaires. Au menu : porc précuit à la provençale, soda au goût de mojito (sans alcool), pains aux fruits signés D'Jeuns, pizza à pâte colorée aux légumes, gamme de gaspachos en bouteille PET 20 cl et 1 litre, biscottes aromatisées, ou encore une nouvelle espèce de poisson, le cobia sous forme fumée.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter