Les négociations de rachat de Deliveroo par Uber au point mort

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Uber n'est pas prêt à mettre plus de 2 milliards de dollars sur la table pour mettre la main sur le géant britannique de la livraison de repas, alors que Deliveroo estime valoir au moins quatre milliards.

Les négociations de rachat d'Uber par Deliveroo au point mort.
Les négociations de rachat d'Uber par Deliveroo au point mort.© Mikael Buck / Deliveroo

Les ambitions de rachat d'Uber sur le britannique Deliveroo avaient fuité au mois de septembre. Elles ne se concrétiseront pas pour le moment : les deux entreprises ne parviennent pas à se mettre d'accord sur la valorisation du service de livraison de repas à domicile, selon des sources proches du dossier citées par le Financial Times.

Le géant du VTC n'aurait mis sur la table qu'un peu moins de deux milliards de dollars, alors que la licorne londonienne estime valoir aujourd'hui au moins quatre milliards. Deliveroo, valorisée plus de deux milliards de dollars lors de sa dernière levée de fonds de 98 millions bouclée en novembre 2017, a en effet levé près d'un milliard de dollars entre 2015 et 2017, notamment dans le cadre d'un tour de table record de 385 millions de dollars annoncé en septembre 2017.

Deliveroo prépare une levée de fonds record

Deliveroo ne se laisse pas faire : l'entreprise ferait, en parallèle de ses discussions avec Uber, la tournée des investisseurs pour boucler une nouvelle levée de fonds de 400 millions de dollars et porter sa valorisation à quatre milliards. Les négociations sont toujours en cours entre les deux entreprises, mais "le fossé entre leurs desideratas risque d'être difficile à combler", souligne la source du Financial Times. Le gendarme européen de la concurrence pourrait également compliquer la signature d'un éventuel deal en laçant une enquête afin de vérifier que ce rachat ne nuira pas au consommateur final.

Le service de VTC voudrait boucler cette acquisition avant son entrée en Bourse en 2019, pour faire grimper sa valorisation. Uber mise sur ce rachat pour muscler fortement son service de livraison de repas, Uber Eats, lancé en 2016. Le groupe espère, en mettant la main sur son plus gros compétiteur en Europe, prendre le lead dans le secteur sur le Vieux continent, où la forte concurrence a déjà mis au tapis Foodora, Take Eat Easy et Tok Tok Tok.

Le chiffre d'affaires de Deliveroo a plus de doublé sur un an pour atteindre plus de 312 millions d'euros, mais la foodtech a également creusé ses pertes de de 43%, à 208,5 millions d'euros, car elle s'est lancé dans de nouvelles villes et a réalisé d'importants investissements immobiliers pour ouvrir des cuisines partagées dans lesquelles les restaurateurs viennent préparer des repas uniquement destinés à la livraison - elle prévoit d'en avoir 250 en Europe d'ici décembre 2018.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.
X

Recevez chaque matin tous les faits marquants sur les stratégies digitales, omnicanales et e-commerce des distributeurs et sur les solutions technologiques conçues pour les accompagner.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA