Les PGC confirment en septembre 2017 les résultats médiocres de l'été

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Selon le bilan mensuel IRI, le secteur des PGC clôture le mois de septembre sur une mauvaise note, à l'image des deux mois d'été, avec un chiffre d'affaires tout juste à l'équilibre et un recul en volume de 2 %.     

CHARIOT
 
Les mois passent et la situation ne s'améliore guère pour les PGC. Selon le bilan mensuel d'IRI, septembre confirme les résultats particulièrement médiocres des 2 mois précédents avec un chiffre d'affaires tout juste à l’équilibre et un recul en volume de l’ordre de 2%. "Il est vrai que la base de comparaison était assez élevée. Septembre 2016 avait été très ensoleillée (température de 25,5°) et les marchés PGC en avaient profité ; septembre 2017 a été à l’inverse fort maussade (21,4°)", confirme la note d'IRI
 
 
Cette météo défavorable a affecté assez uniformément l’ensemble du territoire. Ces conditions climatiques se traduisent, bien sûr, par un repli important du marché des BRSA, des glaces et des bières. Elles accentuent également les difficultés de l’entretien et de l’hygiène-beauté (rayons qui n’avaient pas besoin de ça !). Le repli de l’activité promotionnelle, structurellement forte sur ce mois de rentrée (-0,9 point à 4,2%) contribue sans doute à cette orientation négative des marchés. 
 
 
 
La saison avait commencé en fanfare mais se termine plutôt mal. D’un point de vue purement météo, les effets positifs de juin (+1,5% de croissance) sont quasiment annihilés sur septembre. Selon IRI, le bilan sur les 5 premiers mois tend à montrer une dégradation en volume : -0,4% sur les 5 premiers mois de l’année (avec un petit effet météo positif, il est vrai) et -1% sur les 4 mois d’été. A l’inverse, le CA s’est plutôt redressé passant de +0,7% à +1%. Il faut bien sûr y voir l’effet de la remontée progressive des prix : la déflation était encore en moyenne de 0,8% jusqu’à mai. Nous enregistrons depuis une très légère inflation (0,1%). Les ruptures de tendances par rapport au début d’année sont naturellement plus marquées sur les liquides mais aucun secteur ne semble vraiment épargné.
"Nous pouvons donc parler d’enlisement quelque peu inquiétant des PGC actuellement", conclut IRI 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Réagir

Pseudo obligatoire

Email obligatoire

Email incorrect

Commentaire obligatoire

Captcha obligatoire

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA