« Les PME sont plus réactives et plus souples »

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Pour le président de la Fédération des entreprises et entrepreneurs de France, qui regroupe plus de 500 PME fournissant la grande distribution, les petites entreprises jouent la carte de l'innovation.

LSA - Les PME sont-elles innovantes ?

Gilles Charpentier - Les PME ont toujours innové. Elles innovent avec des marques régionales, parce qu'elles sont ancrées dans leur territoire, et sur le terrain de la gastronomie. Finalement, elles innovent autant que les grandes marques nationales. Ces dernières ont des budgets plus importants, avec des équipes en conséquence. Leurs produits sont de plus en plus sophistiqués et internationaux, parce qu'elles analysent ce qui se fait le mieux dans le monde. Résultat, leur mise en route prend du temps, et la généralisation encore plus. Les PM€, elles, jouent la carte de la réactivité à la demande des consommateurs mais aussi à l'intuition de leurs managers. Nous disposons de ressources limitées, mais nous sommes plus rapides et plus souples. Nous avons la souplesse parce que nous travaillons en collaboration avec nos clients distributeurs, et que nous répondons à leurs attentes. Quant à la réactivité, nous l'avons vis-à-vis des consommateurs. Nous pouvons réagir rapidement à l'évolution de la moindre tendance, car nous sommes proches de nos marchés, des magasins, de la vraie vie. Résultat, nos produits sont vite en rayons. Mais il ne sert à rien d'opposer multinationales et PM€. Ces deux forces sont utiles et complémentaires. Nous représentons une alternative aux produits présents dans tous les magasins. Et nous servons d'argument de différenciation pour les enseignes. Sans nos produits, toutes les gondoles finiraient par se ressembler - ce qui est déjà trop souvent le cas.

 

LSA - Existe-t-il un frein à l'innovation ?

G. C. - Bien sûr que non. Toutes les PME veulent innover. Chez nous, l'innovation est génétique. Les patrons de PME savent qu'ils réalisent 10 à 30% de leur chiffre d'affaires avec des produits de moins de deux ans. Les freins psychologiques n'existent pas. Après, nous nous posons la question de l'investissement, notamment pour le matériel. Heureusement, nous arrivons souvent à bâtir des partenariats, par exemple avec des laboratoires privés ou des Adria. Je conseille à tous les dirigeants de s'orienter vers cette solution.

 

LSA - La crise lime-t-elle l'innovation ?

G. C. - D'abord, tous les secteurs alimentaires ne sont pas en crise. Certains marchés se portent même très bien. Ensuite, pour les secteurs qui ne sont pas au mieux, arpentez les allées du Sial. Vous y verrez des innovations d'entreprises affrontant des baisses de chiffre d'affaires. Ces innovations n'ont pas été imaginées la semaine dernière, mais en pleine crise, il y a plusieurs mois. Sur cette thématique de la crise, j'ajouterais qu'un bon nombre d'entrepreneurs ont cherché à diversifier leurs clients en allant vers la restauration hors domicile ou la livraison à domicile.

 

LSA - Quelles ont été les conséquences de la LME pour les PME ?

G. C. - Bien curieusement, je note des points positifs, du moins sur ce sujet de l'innovation. Il apparaît clairement que la loi de modernisation de l'économie a incité les distributeurs à se mettre à l'écoute de la véritable innovation, pas de celle qui découlait des accords de gamme. La concurrence étant de plus en plus vive sur les références incontournables aux yeux des consommateurs, les distributeurs ont dû baisser leurs marges sur ces produits. Ils ont été dans l'obligation de trouver ailleurs de la valorisation, et se sont naturellement tournés vers les marques des PM€, mais aussi vers leurs marques de distributeurs. Lesquelles, je le rappelle, sont fabriquées à plus de 80% par des PME françaises.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° HSPGCSIAL

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA