Les pratiques sociales de Lidl attaquées par Cash Investigation

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Contrats précaires, conditions de travail deshumanisantes, pression des managers… L’émission Cash Investigation, retransmise hier soir sur France 2, fustige les méthodes de travail de Lidl en France. L’’enseigne s’était pourtant préparée avant la diffusion du reportage. Sur la Toile, la twittosphère est outrée. Lidl a réagi en début d'apres-midi.

LIDL VILLENEUVE LE ROI
LIDL VILLENEUVE LE ROI© © Laetitia Duarte

Lidl avait pourtant dit « oui ». L’enseigne avait accepté d’ouvrir ses portes à l’équipe de l’émission Cash Investigation. Elle n’aura pas été déçue du résultat. Hier soir, le reportage diffusé sur France 2 « Travail, ton univers impitoyable » dénonce les pratiques sociales de Lidl et de Free.

Le distributeur est tour à tour épinglé pour le taux d’emplois à temps partiels, qui s’élève à 69 %, un chiffre bien supérieur à la moyenne du secteur du retail. Les troubles musculo squelettiques (TMS) en magasin et en entrepôt sont également dénoncés. Côté logistique, la commande vocale qui dirige les préparateurs de commande tout au long de la journée, fait l'objet d'ne longue séquence pour la dénoncer: elle ne laisse pas la possibilité aux employés de de parler, excepté pour énoncer une liste de 47 mots leur permettant de « communiquer » avec l’outil. Selon nos informations, certains sites auraient d’ailleurs refusé la pratique de la commande vocale, jugée trop deshumanisante. Le journaliste, embauché dans l’entrepôt, n’a quant à lui pas passé le cap de la période d’essai pour son manque de rapidité, quand l’enseigne se targue face caméra de ne fixer aucun objectif à ces logisticiens...

Outre-Rhin, l'enseigne de hard discount avait déjà essuyé des scandales similaires. Lors d'une interview accordée à LSA en 2015, le DRH de Lidl s'était exprimé sur son souhait de devenir une marque-employeur de référence.

Une lettre diffusée en interne

Pour tenter de limiter son impact, Lidl avait pourtant anticipé la diffusion du reportage. Deux semaines avant, des parties du documentaire auraient fuité, suscitant une réaction en interne de la part de la direction.

Lettre affichée en interne chez Lidl :

Hier soir, au moment même où débutait le reportage, le distributeur s’était même exprimé sur son compte Twitter :

En réponse, plus de 1300 tweets indignés.

Contactée par nos soins, l’enseigne n’a pas souhaité nous accorder une interview. Cependant, elle a envoyé, en début d’après-midi, une réponse point par point sur le reportage :

« Les extraits dévoilés dans l’émission sont inacceptables et nous les condamnons sans aucune ambiguïté. Ce sont des propos isolés, contraires à tout ce que notre entreprise représente et veut représenter" assure le document. L’enseigne explique avoir multiplié par cinq le budget consacré à la formation.

S’agissant de la commande vocale, le distributeur rappelle que la pratique s’est vulgarisée dans la logistique depuis le début des années 2000. « Nous l’avons lancée chez Lidl en 2010 et y avons apporté des améliorations en prenant en compte les remarques de nos collaborateurs »,  précise encore le communiqué.

Sur les cadences, "il n y a pas de prime de rendement, ni individuelle ni collective en terme de port de charges contrairement à la pratique de la plupart des entreprises du secteur. Il y a donc encore des progrès à réaliser mais il est inexact de dire que nous n’agissons pas sur ce terrain". Le distributeur en profite pour rappeler que plus de 6000 salariés -sur les 30 000 collaborateurs que compte l'entreprise en France- ont plus de 10 ans d’ancienneté. Mieux enncore, Lidl en profite pour réiterr son rôle d'ascenseur social  assure joue un vrai rôle de créateurs d’emploi (8000 en 5 ans) et d’ascenseur social, 75% de son encadrement en magasin étant d’anciens caissières/caissiers."Nous savons que nous avons encore du chemin à parcourir, mais nous pensons que nous avons réalisé de nombreux progrès depuis notre transformation commencée en 2012.", conclut enfin le distributeur, qui ne laisse visiblement pas de place au mea culpa.

 

Réagir

Pseudo obligatoire

Email obligatoire

Email incorrect

Commentaire obligatoire

Captcha obligatoire

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA