Les premiers tests de grossesse en hypermarchés dans les starting-block

|

LÉGISLATION - LOIS Si la loi Hamon n’est pas encore en application, certaines marques sont prêtes à tirer, notamment pour ce qui est des tests de grossesse, d’ovulation, et les solutions d’entretien de lentilles, et de leur vente en GMS.

Mercurochrome dise que les produits seront commercialisés dès l'entrée en vigueur de la loi dite consommation
Mercurochrome dise que les produits seront commercialisés dès l'entrée en vigueur de la loi dite consommation

Premier acteur à montrer des dents, les laboratoires Mercurochrome, une marque des laboratoires Juvasanté (Juvamine, Intimy…). Un habitué des levées d’interdiction à la vente au grand public puisqu’il était déjà présent sur les compléments vitaminiques en 1987, en 1988 sur les préservatifs, et sur les pansements antiseptiques en 1993.

Pénalisé en 2001 pour avoir vendu des solutions d’entretien pour lentilles contre l’avis de la loi, voilà que l’industriel pourrait revenir sur ce marché en toute légalité.

Quid de l’accessibilité ?

L’argument principal de l’autorisation de ces ventes en grandes surfaces est de diminuer le coût de ces produits pour la consommatrice. Une diminution des prix relative selon les prix proposés, ou du moins conseillés au distributeur, par Mercurochrome. Avec 5 bandelettes et 5 coupelles pour 11,99 euros, le prix des tests d’ovulation est très légèrement inférieur à ce qu’on peut trouver en parapharmacie en ligne. Allant de 12 euros à plus de 30 euros, mais pour des boîtes de parfois 10 tests (hors frais de port).

Pour les tests de grossesses, en revanche, la baisse est à peine perceptible, et le prix est de 9,95 euros. Globalement la moyenne du marché en pharmacie, environ 10 euros. Les moins chères sont accessibles pour environ 5 euros, quand d’autres valent encore moins en pharmacie en ligne (prix auquel il faut, bien sûr, rajouter les frais de port, entre 4 et 5 euros).

Quoi qu’il en soit, la disponibilité de ces tests en grandes surfaces, fait encore des émules parmi les pharmaciens, sur un marché évalué à 37 millions d’euros, selon IMS Health, cité par le Figaro. Rien n’est encore gagné. La Loi est encore en discussion à l’assemblée. Il restera ensuite la Commission Mixte Paritaire… Réponse définitive dans au moins plusieurs semaines. 

1 commentaire

noxrom

17/01/2014 13h42 - noxrom

je sais pas d'ou ils tirent leur prix dans cet article... Dans notre pharmacie les test d'ovulation sont a 11€90 les 10 et 1€49 le test de grossesse... bref on enfume les consommateurs pour satisfaire le lobby de la GMS...

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Email obligatoire

Email incorrect

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Recevez chaque semaine l’actualité des secteurs Droguerie, Parfumerie et Hygiène.

Ne plus voir ce message