Les principaux passages du discours de Manuel Valls pour l'industrie et le commerce

|

LÉGISLATION - LOIS Le Premier ministre prononçait aujourd'hui devant l’Assemblée nationale un discours de politique générale suivi d’un vote de confiance. Nous publions ici les principaux extraits concernant l’industrie et le commerce : fiscalité des entreprises, fiscalité des ménages, ouverture du dimanche…

Manuel Valls
Manuel Valls© Portail du Gouvernement

Engagements pour les 50 milliards maintenus

«Rien ne doit nous faire dévier de notre engagement à réaliser 50 milliardsd’euros d’économies en trois ans, dont 21 milliards en 2015. Il faut maîtriser l’évolution des dépenses publiques. Leur niveau trop élevé a nourri, depuis des années, l’augmentation du déficit et de la dette. Et nous le savons tous, il y a des marges pour rendre la dépense plus efficace. »

Réduction des impôts des ménages

« Réduire la dépense, plutôt qu’augmenter les impôts ! Nous baissons la pression fiscale, car les impôts, par leur accumulation depuis 2010, ont atteint un niveau insupportable pour les Français. Un premier pas a été accompli en direction de plus de 4 millions de ménages, dès cette rentrée. Et nous poursuivrons ce mouvement en 2015 : 6 millions de ménages seront ainsi concernés par la baisse de l’impôt sur le revenu. Ce choix tire aussi les conséquences de la décision du Conseil constitutionnel »

Compétitivité, CICE

"La principale faiblesse de notre économie, c’est la perte de compétitivité de nos entreprises. Comme l’a relevé le rapport GALLOIS, dès novembre 2012, un véritable décrochage est intervenu il y a dix ans : perte de parts de marché à l’export, et dégradation continue des marges de nos entreprises industrielles. Ainsi, il n’y a pas eu de créations d’emplois nette dans l’industrie depuis 2001. C’est pour cela que, par vos votes, vous avez engagé, dès décembre 2012, le Créditd'impôt pour la compétitivité et l'emploi, "

Pacte de responsabilité, coût du travail

« Au 1er janvier prochain, le coût du travail baissera d’environ 10 points de cotisations pour de nombreuses entreprises, et il n’y aura plus aucune cotisation de sécurité sociale au niveau du SMIC. Mais soyons lucides, ces mesures nécessiteront du temps pour porter pleinement leurs fruits. Oui nous devons être aux côtés de toutes nos entreprises, de nos entrepreneurs, nos PME, nos PMI, nos artisans, nos commerçants. Car enfin, ce sont les entreprises qui créent des richesses, de l’emploi. Et dans une concurrence mondiale qui ne fait aucun cadeau, pourquoi serions-nous le seul grand pays à ne pas aider nos entreprises pour qu’elles innovent, qu’elles partent à la conquête de nouveaux marchés ?"

Investissement, transition énergétique, numérique

« L’Etat agit en aidant à l’émergence de leaders français, compétitifs au niveau mondial, dans des secteurs stratégiques. Dans les domaines du TGV du futur, des textiles intelligents, de la chimie verte, du big data, la France a des cartes en main. C’est vrai pour la transition énergétique qui est une avancée majeure – et impérieuse – pour la préservation de notre environnement, mais aussi un formidable relai de croissance pour des emplois durables et non délocalisables. Elle fait l’objet d’unprojet de loi que vous examinerez début octobre. L’avenir, c’est bien sûr le numérique, pour lequel s’ouvre une grande concertation, elle aussi préalable à un travail législatif. »

Projet de loi « Macron », professions réglementées

« Le projet de loi « croissance » permettra de simplifier les formalités, les procédures et la vie quotidienne des Français. Ce n’est pas une loi qui stigmatise. Elle n’est pas contre les professions réglementées ; elle agit pour leur fournir les outils juridiques pour se moderniser.Elle stimulera l’investissement en rendant plus lisible et plus stable l’environnement législatif et réglementaire. "

Projet de loi Macron, ouverture du dimanche et nocturne

« La loi sur la croissance contribuera également à l’attractivité de la France dans le monde avec l’ouverture des magasins le dimanche et en soirée dans les zones touristiques, en nous appuyant notamment sur le rapport BAILLY."

Politique de l’emploi, seuils sociaux

"Concernant la politique de l’emploi, il est possible de donner de la souplesse et de la visibilité aux entreprises, tout en améliorant les droits réels des salariés. Nous l’avons montré, au cours de deux dernières années, avec plusieurs lois issues d’un accord entre partenaires sociaux. Une nouvelle négociation, vous le savez, vient d’être lancée sur ce que l’on appelle les seuils. Il y a, d’ici la fin de cette année, un chemin à trouver qui permette d’avoir un véritable dialogue social dans l’entreprise, en fonction de sa taille, sans entraver leur croissance. Progrès économique et progrès social sont intimement liés".

Revalorisation des petites retraites

"Je vous l’annonce aujourd’hui – nous revalorisons le minimum vieillesse à 800 euros, et de plus, nous verserons aux retraités qui perçoivent moins de 1200 euros par mois une prime exceptionnelle"

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter