Les prix des PC de rentrée divisent les constructeurs

Dans un marché déprimé, la période de la rentrée des classes sera cruciale pour l'industrie informatique. Réunis au salon MedPi, les fabricants se sont affrontés sur les tarifs et les configurations de septembre.

La rumeur frappe le visiteur dès son entrée dans le Grimaldi Forum de Monaco, mardi 10 juin, jour de l'ouverture du salon MedPi. Certains fournisseurs de PC se feraient fort d'assembler des machines de rentrée à 499 EUR. Soit 100 EUR moins cher que le niveau de l'an dernier, qui constituait déjà un record historique. Comment expliquer ce miracle ? Pour Gilles Vermeulin, directeur marketing de l'intégrateur français Unika, les 499 EUR sont à portée de main grâce au niveau très bas du dollar. « Unika travaille sur cette hypothèse, certaines enseignes nous demandent si cela est possible, reconnaît Gilles Vermeulin. Certaines souhaitent en proposer de manière à se différencier, d'autres étudient plus la question sur un mode défensif. Pour savoir si elles pourront répondre au cas où un concurrent se lancerait. » Une certitude au moins : les enseignes intéressés devront s'adresser aux intégrateurs.

Polémique sur les 499 EUR

Chez Absolut, marque basée à Manosque et fournissant déjà de nombreuses enseignes (dont Surcouf, Leclerc, Casino ), le responsable commercial Olivier Collomp promet d'être présent sur les premiers prix. Sans s'engager précisément sur les 499 EUR. Les toulousains d'Award Computer sont plus clairs. « Il est possible d'atteindre les 499 EUR », assure Frédéric Ufferte, directeur des ventes. Ces spéculations ont le don d'excéder les grands exposants. Pour beaucoup, il est impossible de produire un PC, même indigne, à 499 EUR. Moins catégorique, Benoît Thuillier, marketing manager consumer chez Fujitsu Siemens Computer, juge simplement que « ce n'est l'intérêt de personne. Les volumes ne se feront pas sur ces prix-là, ces annonces font beaucoup de mal au marché ». Refus aussi sur le stand Continental Edison, marque ressuscitée - avec son usine française de Creutzwald - grâce à son rachat par le groupe algérien Kacit Aït-Yala. Assurant que les problèmes nés à la fin 2002 de la disparition de la société sont aplanis, la nouvelle équipe profite du MedPi pour rassurer la distribution sur la fiabilité et le sérieux du Continental Edison nouvelle version. « Faire du premier prix n'est pas notre objectif pour 2003, explique Michel Vallée, de la division informatique et téléphonie. Nous voulons assurer notre pérennité, et on voit ce que sont devenues les marques qui ont suivi le lièvre du back to school » Gilles Vermeulin le concède : « Ces machines seront difficiles à fabriquer, et peut-être même difficiles à vendre. Il y aura un gros écart avec les PC à 599 EUR, il faudra sacrifier le graveur, les logiciels Ce seront des machines incomplètes, c'est pourquoi je ne suis pas certain à 100 % que les PC à 499 EUR verront le jour ». L'avenir proche le dira.

Pour revenir aux certitudes, l'offre de rentrée 2003 devrait s'échelonner entre 599 et 1 299 EUR. Le coeur de l'offre se situant entre 799 et 999 EUR. « Nous ferons des 599 EUR parce que nos clients nous en ont demandé, mais dans de très petites quantités », indique Jo Anania, ex-responsable de Continental Edison qui revient sur le devant de la scène avec la marque GV, appuyée sur le groupe anglais Time. Parmi les handicaps de cette tranche de prix, Philippe Gounine, directeur général de Maxdata, souligne le problème de l'écran : « Il est impossible d'avoir un TFT à ce prix, alors que l'écran plat est devenu la norme. Pour cela, il faut monter à 799 EUR, et même à 899 ou à 999 EUR pour se ménager un peu de marge. D'autant que les consommateurs sont de plus en plus exigeants et demandent des lecteurs 6-en-1, des connexions Fire Wire » C'est en effet une autre tendance 2003. Quelques années après les Macintosh, les PC commencent à abandonner le lecteur de disquettes au profit des lecteurs de cartes 6-en-1. À défaut, une clé USB (un disque dur de poche) fait l'affaire.

Plus spectaculaires, les boîtiers des unités centrales deviennent de plus en plus design. Les fabricants abandonnent le beige clair pour du noir, du gris ou des teintes plus gaies. C'est que l'heure est plus que jamais aux machines familiales, multimédia, susceptibles de trouver leur place dans la pièce principale de l'habitation.

Les portables aussi

De son côté, Microsoft encourage les fabricants dans la voie du multimédia avec sa nouvelle version de Windows XP, Media Center. Un système d'exploitation doté d'une interface simple permettant de gérer images, sons et vidéos. Mais étant donnée la date tardive de disponibilité du nouveau Windows, tous les fabricants ne sont pas certains de pouvoir le proposer dans les PC de rentrée.

Dernier segment gagné par la guerre des prix : les portables. Portés par une croissance exceptionnelle sur ce début d'année (LSA n° 1817), ils atteignent des tarifs jamais vus. « Le gros de l'offre se situera entre 1 099 et 1 299 EUR, mais nous attaquerons aussi la tranche 799-999 EUR. Tout le monde est devenu très agressif sur les portables, y compris les grandes marques qui ont déclenché la guerre depuis la fin d'année 2002 », explique Cécile Piffard, responsable ventes internationales du constructeur autrichien Gericom, qui revendique le titre de numéro 2 des ventes en France au premier trimestre. « Tous le monde s'est dépositionné, y compris nos deux grands concurrents, réplique Benoît Thuillier pour Fujitsu Siemens Computer. Certains tiraient le marché vers le bas, nous faisant perdre des parts de marché. Nous avons donc réagi. » Précisons que les deux grands concurrents en question se nomment HP-Compaq et Packard Bell. Et qu'ils goûtent assez peu les accusations de cassage des prix lancées par les challengers « C'est amusant, conclut Gilles Vermeulin. Les grandes marques descendent sur les prix des intégrateurs, et les intégrateurs s'alignent sur le design des grandes marques. » À ce petit jeu, seule l'évolution du chiffre d'affaires risque d'être moins « amusante ».

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 1820

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

X

Produits techniques, objets connectés, électroménager : chaque semaine, recevez l’essentiel de l’actualité de ces secteurs.

Ne plus voir ce message