Marchés

Les producteurs de fruits et légumes au ministère vendredi

|

A LA UNELes producteurs de fruits et légumes, en crise depuis plusieurs semaines, seront reçus vendredi par le directeur de cabinet du ministre de l'Agriculture Bruno Le Maire pour faire un point sur leur situation

Le ministère a communiqué cette information à l'issue d'une réunion qui a rassemblé dans l'après-midi les principaux acteurs de la filière, du producteur au distributeur. A la sortie de cette réunion au siège d’Agrimer,  les représentants des producteurs ont demandé, comme l'avait fait plus tôt dans la journée la FNSEA, une réunion en "urgence" avec le ministre. « Nous demandons instamment une rencontre" avec M. Le Maire que "nous n'avons pas beaucoup entendu sur les problèmes de la filière », a déclaré Angélique Delahaye, présidente des producteurs de légumes de France. Cette dernière a souligné l'urgence de la situation afin de "travailler à un plan de sauvetage" des producteurs. Elle a estimé ces aides financières à "au moins 50 millions d'euros". Pour Jérôme Despey, secrétaire général adjoint de la FNSEA, la réunion de vendredi au ministère ne peut être qu'une "première étape" : « Nous souhaitons que le ministre aille dès la semaine prochaine dans des régions en crise pour constater les difficultés et apporter de premiers éléments de réponse ». Les producteurs de tomates, concombres et salades ont par ailleurs été particulièrement touchés par l'épidémie de la bactérie E. coli, les consommateurs ayant délaissé ces légumes. Les producteurs de pêches et nectarines, les fruits les plus consommés en période estivale, sont aussi en difficulté en raison d'une production particulièrement abondante alors que la consommation est faible. Les producteurs se plaignent surtout de la "concurrence déloyale" de certains pays européens, au premier rang desquels l'Espagne, qu'ils accusent d'exporter des fruits et légumes produits à bas coûts et non conformes aux normes européennes. Ces dernières semaines, les agriculteurs français ont mené plusieurs actions contre des camions espagnols, déversant leurs marchandises sur la chaussée pour manifester leur colère. Ils réclament un regain de compétitivité pour leurs exploitations avec une baisse du coût du travail permanent, afin de pouvoir s'aligner sur les salaires pratiqués dans les pays concurrents comme l'Espagne ou l'Allemagne. Les producteurs dénoncent également les "disparités" fiscales, sociales et environnementales qui plombent, selon eux, leur production.

1 commentaire

bio

18/08/2011 17h59 - bio

Après avoir lu le livre noir de l'agriculture d'Isabelle Saporta, je me demande qui des fruits & légumes espagnols ou français contiennent le moins de pesticides et autres fongicides ! La course au productivisme au détriment de la qualité. Consommez 5 fruits & légumes par jour et empoisonnez-vous!

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Email obligatoire

Email incorrect

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter