Marchés

Les produits à base de poisson épinglés par une association de consommateurs

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

CLASSEMENT Faible quantité de poisson dans les produits élaborés, aucune précision sur les espèces et sur les morceaux sélectionnés… Le CLCV tire la sonnette d’alarme.

Contrairement aux produits carnés, les produits élaborés à base de poisson peuvent rester floue sur l'espèce utilisée.
Contrairement aux produits carnés, les produits élaborés à base de poisson peuvent rester floue sur l'espèce utilisée.

haro sur les produits à base de poisson! L’association de défense des consommateurs, le CLCV (consommation, logement et cadre de vie) a réalisé une étude sur 70 produits présents en GMS. Des plats préparés, des baônnets de surimis en passant par les rillettes, panés et autres brandades ont été passés au crible... Les conclusions de l'enquête se montrent peu reluisantes.

L’association tire deux enseignements majeurs : le taux de poisson n’est pas (assez) souvent précisé distinctement, contrairement aux produits carnés qui ont revu leur copie depuis le scandale de la viande de cheval étiquetée come du bœuf.

Deuxième conclusion : les espèces et les morceaux de poisson ne sont pas précisés, et pour cause…

Espèce inconnue

« Est-on en présence de merlu, de cabillaud, de colin ou de saumon ? Il est impossible de le savoir, le fabricant se contentant de déclarer « poisson », voire « poisson blanc » dans la liste des ingrédients », constate le CLCV. Qui s’insurge contre le laxisme du cadre règlementaire, qui autorise ce manque de précision.

A vos calculatrices

« Il n’est pas rare que, pour comparer la quantité de poisson dans deux produits, il faille calculer soi-même les pourcentages. Ainsi, dans certaines croquettes, on a la quantité de poisson dans la farce et il faut tenir compte du pourcentage de farce pour en déduire la quantité de poisson dans le produit. Idem pour certains surimis et plats cuisinés."

Au final, le CLCV indique que 30% des produits étudiés ne fournissent pas un pourcentage de poisson explicite et immédiatement exploitable.

L’association dresse pour finir des recommandations aux consommateurs. Parmi les produits conseillés, figurent de nombreuses MDD  ainsi que des marques comme Fleury Michon ou Atlantic. Sans surprise, les premiers prix trustent les places des mauvais élèves…

Réagir

Pseudo obligatoire

Email obligatoire

Email incorrect

Commentaire obligatoire

Captcha obligatoire

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Recevez chaque semaine l'actualité des acteurs et les innovations produits de l'univers des 0-14 ans.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA