Les produits de l'aquaculture nagent dans le bonheur

|

Si le boeuf n'a plus la cote (LSA n° 2040), en revanche, rien n'arrête le poisson. Le poisson, ainsi que les crustacés et les coquillages - c'est-à-dire l'ensemble de la filière des produits de la pêche et de l'aquaculture - ont le vent en poupe. En 2007, selon TNS pour l'Ofimer (Office national interprofessionnel des produits de la mer et de l'aquaculture), ce marché a connu une croissance de 3 % en valeur, à 6,1 milliards d'euros, et de 1,75 % en volume, avec 663 000 tonnes écoulées. Les produits frais représentent 38 % du total des ventes. C'est le segment le plus important du marché, mais aussi celui qui bénéficie des meilleures perspectives de développement. Seuls 76 % des ménages français sont, en effet, acheteurs de ce type de produits. Les autres segments ont, quant à eux plus ou moins fait le plein de consommateurs, entre 88 et 95 % de taux de pénétration. Les produits traiteurs réfrigérés (poissons fumés et plats préparés) correspondent à 26 % du marché, juste devant les produits surgelés (22 %) et les conserves (thons, sardines et crustacés), à 14 %. Dans tous les cas, quelle que soit la catégorie, les grandes gagnantes sont les enseignes de la grande distribution, qui dominent 70 % du marché en volume, et 65 % en valeur.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2042

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous